La dernière fois, nous avions dit que pour que le mariage soit réussi il faut s’y prendre avant le mariage, pas après et réunir toutes les conditions pour faire le bon choix.

Il y a un autre point très important et sur lequel je voudrais insister c’est l’intention, « an-niyya ».

Mon frère, ma sœur, quelle est ton intention lorsque tu veux te marier ? Ou bien pour ceux qui sont déjà mariés, quelle était votre intention au moment de votre mariage ? C’est un point essentiel.

Est-ce que l’on se marie pour faire comme tout le monde ? Ou bien parce que j’ai eu un coup de foudre, ou bien parce que le père ou la mère a dit qu’il fallait se marier ?

Non ! Le musulman, il n’a pas l’intention seulement dans la prière ou les ablutions ou dans le jeûne, non, le musulman doit avoir une intention sincère dans tout ce qu’il fait. Car Allâh nous dit :

 

« Dis: " En vérité, ma Salât, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l’Univers.

A Lui nul associé ! Et voilà ce qu’il m’a été ordonné, et je suis le premier à me soumettre ".»
[ Sourate 6 – Verset 162/163 ]

 

 Tout ce qui se passe entre la vie et la mort, c'est-à-dire, toute ta vie doit être pour Allâh .

Tout ce que tu fais doit être sincère pour Allâh et en l’occurrence, le mariage. Lorsque tu te maries, c’est pour se soumettre à l’ordre d’Allâh car Allâh nous a crée hommes et femmes et le Verset dit :

« Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent. »
[ Sourate 30 – Verset 21 ]

Allâh a voulu que nous vivions en couple mais par le biais du mariage.

Il fait aussi se soumettre à la sunnah du prophète .

Dans un hadith rapporté par Boukhari et Muslim , selon ibnu Omar , trois personnes se sont présentées auprès des épouses du Prophète pour les interroger quant à la vie privée du Prophète en disant :

 « Comment le Prophète vivait-il ?
Lorsqu’elles ont relaté sa vie privée, l’un d’entre eux a dit :

" Quant à moi, je n'épouse pas les femmes ».
Le deuxième dit « quant à moi, je prie et je ne dors pas »
Et le troisième a dit « quant à moi je jeûne et je ne mange pas ».

 Quand le Prophète a entendu les propos de ces trois personnes il a immédiatement réagi en disant :
« quant à moi, je prie et je dors, je jeûne et je mange, et j’épouse les femmes. »
Il a poursuivi en disant :   « celui qui se détourne de ma Sunna n’est pas des miens. »

Le mariage est donc vivement recommandé.

 Dans un autre hadith il dit, :

 « Ô assemblée des jeunes gens ! Celui qui parmi vous a les moyens de se marier, qu'il se marie !
Celui qui ne le peut doit jeûner : cela lui tient lieu de tranquillisant.»
[ Rapporté par Al-Bukhârî, Muslim. La version est de Muslim ]

 Le mariage permet de mieux préserver son regard et sa chasteté. Il évite de commettre l’illicite.

 Celui qui voit quelque chose chez une femme qui l’attire, alors qu’il aille voir sa femme. Ainsi il se satisfera dans le licite et en plus il aura pour cela une récompense.

J’invite les frères et les sœurs qui ne sont pas encore mariés à renouveler leur intention pour que le mariage soit béni et qu’il parte sur des bases solides.

 Lorsque l’on construit un bâtiment, si les fondations sont bien faites, solides, selon les normes, ce bâtiment il tiendra, il ne s’écroulera jamais insha Allâh. Et l’on sait que si au contraire il y a eu des problèmes dès la construction, ça sera très difficile et long à réparer. Et c’est cela qui se passe dans les couples.

Le mariage n’est pas bâti sur de bonnes bases et une fois marié c’est là que les problèmes et les difficultés commencent. Parce que la base n’était pas solide, le départ n’était pas bon. Avec un bon départ, il y aura une bonne arrivée in sha’a allâh.

 Beaucoup de parents, beaucoup de gens, ont pour premier critère de choix l’argent, le matériel. Ils lui donnent une très grande importance. Il faut que le mariage soit fait dans une grande salle, il faut que notre mariage soit mieux que celui de un tel…C’est ça le grand problème, c’est que les gens pensent par rapport aux autres.

 Leur intention n’est pas de plaire à Allâh

 Normalement si tu maries ton enfant c’est pour le préserver, pour ne pas qu’il tombe dans la fornication, c’est pour suivre la sounnah du prophète .

 Vous avez entendu l’histoire de Julaybib et il y en a beaucoup comme lui : les compagnons n’ont pas fait de grands mariages, ils n’ont pas donné des dots astronomiques, ils n’ont pas refusé de se marier pour des différences d’origine…

 Mais chez nous c’est ça qui se passe : il faut la même origine, la même couleur, il faut la richesse etc. Et parfois, le mari le pauvre va s’endetter pour pouvoir se marier. Il commence sa vie de couple avec une dette et avec des intérêts. C'est-à-dire qu’il commence avec l’illicite.

Comment voulez-vous que ce mariage soit béni ?
Comment voulez-vous qu’il dure et donne une descendance pieuse ?

 

Des fois le marié a une situation, a un bon comportement, il a la religion, fait sa prière mais et j’ouvre là une parenthèse, il n’a pas sa nationalité, ses papiers car par exemple c’est un étudiant qui est venu du « bled » (du pays).  

Alors lorsqu’il se présente pour se marier on le refuse car il n’a pas les papiers, il n’a pas la carte de dix ans… On le refuse car il a juste une carte de un an. Et c’est encore pire pour celui qui n’a aucun papiers.

 Ce n’est pas bien, ne regarde pas ce critère-là. Regarde si cette personne-là a la religion, a le comportement et peut prendre soin de ta fille. Et pareil pour la fille, si elle a la religion, le bon comportement et peut prendre soin de ton fils, devenir une femme et élever des enfants marie-les. C’est ça le critère important.

 C’est vrai qu’il y a des parents qui ont abusé. Ils ramènent le cousin du bled pour que leur fille se marie avec lui et lui faire les papiers !

 Je vais vous raconter une histoire vécue pour vous montrer où ça mène de ne pas respecter les critères de choix :

 Un père avait une fille qui est arrivée à l’âge de se marier, il y avait quelqu’un ici qui s’est marié avec elle, c’était un mariage arrangé, pour les papiers. Quelques mois après le mariage, il y a eu un divorce. Alors, le père à trouvé un autre plan. Il l’a mariée avec son cousin au bled et au final le mari est toujours au bled car il n’a pas encore réussi à avoir les papiers pour venir vivre avec elle en France.

Cette fille qu’est-ce qu’elle va faire ?

Malheureusement, cette période a duré plus d’une année, le mari ne pouvant pas venir même après deux années et bien cette fille, elle est allée chercher l’amour dehors, elle est tombée enceinte tout en étant mariée à un homme qu’elle n’a jamais connu, avec qui elle n’a jamais vécu.

 Et des histoires comme celle-là il y en a beaucoup et le pire c’est que suite à ça elle a été obligée de faire un avortement.

 Soubhan Allâh ! Avec une telle façon de marier ses enfants, comment croire que ca finira bien ?
Le couple finit par éclater. Et lorsqu’il y a des enfants mais que vont-ils devenir ?
Et tout cela à cause de quoi ?
Parce que l’on n’a pas respecté les principes de l’islam quant au choix du conjoint.

 

 Maintenant on va parler de la manière.

On a l’intention, on a trouvé le conjoint mais le jeune il veut connaître la fille. C’est le mariage par amour. Ça ne lui suffit pas de savoir qu’elle est pieuse, de bonne famille… Il faut qu’il la connaisse, quelques mois, quelques années.

 Parfois c’est les parents qui obligent le fils ou la fille à se marier avec le cousin ou la cousine du bled. Mais s’il n’y a pas consentement mutuel entre l’homme et la femme, même si on ramène l’imam même si on fait une grande fête, le mariage ne tiendra pas. Ce ne sera ni un mariage réussi ni un mariage valide !

De nos jours, il y a ce que l’on appelle les fiançailles, à la base, c'est la demande en mariage.

Et le problème c’est qu’elles sont devenues comme un mariage.

Il faut ramener de l’or, des fleurs, des vêtements…Ça c’est juste la demande en mariage.

 Ça a changé, parce qu’à l’époque du prophète c’était juste une rencontre préalable au mariage.

 Et des fois, de nos jours, ça se passe dans des conditions pas très correcte. Le mahram n’est pas là. Chaque fois qu’il y a un homme en face d’une femme, shaytan c’est le troisième et pour éviter tout problème l’islam impose le mahram (personne avec laquelle le mariage nous est impossible religieusement, père, frère, oncle, grand-père pour exemple).

 A l’époque du prophète , un homme a voulu demander une femme en mariage et le prophète lui a demandé « est-ce que tu l’as vue ? » Il lui a répondu que non. Alors le prophète lui a dit d’aller la regarder.

Pourquoi ? Pour que les deux se plaisent entre eux. Mais ceci doit être fait en présence du tuteur ou d’un marham. Le père, le frère, l’oncle, le grand père…qui est là pour défendre l' honneur de la femme.

 Mais de nos jours ça ne se passe plus comme ça.

Et si le garçon veut parler à cette fille alors, il vaut mieux le faire en présence du mahram. Alors que maintenant c’est des rencontres et des rencontres et des rencontres privées et qui durent pendant des mois et des mois, par téléphone, par Internet…Et que se passe t-il parfois ?

On ne contrôle pas les sentiments et shaytan rôde, ça commence par des paroles puis un rendez-vous, des sourires et puis ça tombe dans le péché. Tout cela pourquoi ? Parce que l’on ne respecte pas les préceptes de l’islam.

 La « khitba », c’est juste la demande en mariage. Ce qui fait que même si l’homme et la femme sont d’accord pour se marier, ils n’ont pas le droit de s’isoler ensemble ou de sortir ensemble en tête à tête jusqu’à qu’il y ait l’acte de mariage. Sinon la relation avant le mariage est illicite. La présence du mahram est obligatoire.

 Le sujet de la demande en mariage est très long et nous continuerons ultérieurement insha Allah.

 

Sermon donné par le frère Abou Younes

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre