Dans une société (peu importe la quelle), le bonheur, la sérénité de cette communauté dépend des familles qui la composent. Et pour que les familles soient bien et aient une vie heureuse, un équilibre social, individuel, affectif il faut que le couple se forme et vive sur de bonnes bases, des bases islamiques : l’amour, l’affection et les principes qu'Allâh notre Créateur nous a recommandés et que le Prophète nous a enseignés.

Allâh dit :

« Quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne œuvre tout en étant croyant, Nous lui ferons vivre une bonne vie.
Et Nous les récompenserons certes, en fonction des meilleures de leurs actions. »

[ Sourate 16 - Verset 97 ]

 

Il faut que nous donnions une grande importance au mariage.

Et je fais un appel à celui qui est en âge de se marier et qui veut se marier, ou bien pour celle qui veut se marier et aussi aux parents qui veulent marier leurs enfants, apprenez ce que dit l’islam, apprenez ce que dit Allâh et Son Prophète à ce sujet : quelles sont les règles qu’un musulman et une musulmane doivent respecter et quelles sont les conditions du mariage.

 

On avait dit qu’il y avait deux causes principale à ce que vivent les musulmans de nos jours au niveau familial :

L’ignorance des principes de l’islam concernant la famille et le mariage, et

L’éloignement de la Voie d’Allâh et de la sunnah du Prophète .

 

Car, le mariage est une adoration et il est même dit dans un hadith que c’est la moitié de la religion.

« Celui qui se marie accomplit la moitié de sa religion, qu’il craigne Allâh dans l’autre moitié »

 

Il n’y a pas plus facile que le mariage dans l’islam. Mais à cause de nos traditions, à cause de notre ignorance, le mariage c’est devenu la chose la plus difficile.

C’est pour cela qu’il y a des hommes à trente ans, quarante ans, cinquante ans qui ne sont toujours pas mariés.

Des femmes de trente, quarante ans qui sont encore chez leurs parents, célibataires, alors qu’à l’époque du Prophète , le mariage se faisait le plus tôt possible. On a rendu le mariage difficile alors qu’Allâh l’a rendu facile.

Nous allons citer quelques points que le musulman doit suivre et respecter.

La chose la plus importante dans le mariage c’est l’accord entre le mari et la femme représentée pas son tuteur.

Il y a quatre conditions principales dans la conclusion du mariage :

 

1) La demande et l’échange de consentement

 

2) Le tuteur :

Le Prophète a dit :« Pas de mariage sans tuteur. » [ Rapporté par Ahmad, Abû Dawûd, at-Tirmidhî ]

La personne prioritaire pour être le tuteur de la femme c’est son père. Le tuteur doit être musulman, pubère et doué de raison.  Un non musulman ne peut pas être le tuteur d’une musulmane.

Le tuteur, le père n’a pas le droit de dire à sa fille « tu te maries avec un tel et si tu ne veux pas tu n’es plus ma fille. » Il y a beaucoup de parents qui font ça. La mère qui dit à sa fille « si tu ne te maries pas avec un tel tu vas nous faire honte ». Alors parfois la fille se marie vraiment forcée, pour ne pas faire honte à ses parents mais elle est malheureuse dans son mariage et en général ce genre de mariage se solde par un divorce. Parfois la fille va se sauver de chez elle ou se suicider pour éviter de se marier avec un homme dont elle ne veut pas.

Mais il y a des hommes aussi qui causent des problèmes à la famille. Par exemple il font semblant de pratiquer, ils fréquentent la mosquée tous les jours et dès qu’ils ont eu la fille qu’il veulent, qu’ils sont mariés avec, alors ils laissent tout tomber, salat et le reste. Ou alors, ils font semblant pour avoir les papiers et une fois qu’ils les obtiennent ils changent complètement de comportement. Non ! Il ne faut pas trahir la confiance des parents. Tout cela ne fait pas partie de l’Islam.

 

La semaine dernière, un jeune est venu me voir en me disant : on a essayé de demander une fille en mariage à son père, on est du même pays mais nous sommes de deux tribus différentes. Mes ancêtres sont des pêcheurs et leurs ancêtres sont des guerriers. Et le père ne veut pas la marier pour cette raison là.

Soubhan Allâh ! Le frère est musulman, il pratique sa religion, il a un travail et la fille veut se marier avec lui mais le père ne veut pas ... Il faut que l’on change ça, il faut que l’on essaye de faciliter le mariage à nos enfants. Essaye de proposer un mari à ta fille. Si elle ne veut pas alors ce n’est pas grave. Demande lui ses critères de choix.

 

Au temps du Prophète il y avait une femme divorcée que son père a remarié de force. Elle est partie voir le Prophète pour lui raconter et il a annulé ce mariage.

Une autre femme avait été mariée à son cousin par son père. Elle est partie dire au Prophète que son père l’avait mariée à ce cousin pour élever sa situation sociale et financière. Le Prophète lui a donné le choix entre rester mariée avec lui si elle le voulait ou bien le divorce. Elle a répondu qu’elle allait rester mariée avec lui mais qu’elle était venue parler de sa situation pour montrer aux femmes que leur tuteur n’a pas le droit de les marier de force.

Il n’y a pas de mariage sans tuteur mais il n’y a pas de contrainte dans le mariage.

Ce sont deux notions qui vont ensemble.

Hélas il y a beaucoup de mariages forcés … et qui se soldent par des divorces ou au minimum le malheur de la fille.

Mais qui peut vouloir ça pour ses enfants ? C’est ta fille soubhan Allâh…, la prunelle de tes yeux.

Quelle est la personne qui aime ses enfants plus que les parents ?

Comment veux-tu que ta fille soit heureuse alors que tu l’as mariée de force. Tu vas être injuste avec ta fille si tu fais ça.

Je lance un appel aux parents en vous disant : ne mariez pas vos enfants de force et je lance un appel aux enfants en vous demandant de vous concerter avec vos parents et ne vous mariez pas sans la présence du tuteur car cela est interdit.

 

Il nous reste encore deux conditions du mariage, nous verrons le reste lors des prochains sermons in sha’a Allâh.

 

Sermon donné par le frère Abou Younes

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre