Nous sommes toujours dans le sujet du mariage, je vous demande mes frères et sœurs de prêter l’oreille et le cœur pour quelques instants durant lesquels nous allons terminer ce sujet sur le mariage.

La semaine dernière, nous avons parlé des piliers ou conditions du mariage qui sont au nombre de quatre (le tuteur, les témoins, le consentement et la dot)

Il y a un point sur lequel je voudrais insister c’est ce que les gens appelle « la fâtiha » : ils pensent que le fait de ramener un imam ou de ramener comme ils disent un « tâleb » à la maison, qui va réciter du Coran et qu’à la fin de l’assemblée il va faire une invocation et lire la sourate al fâtiha, suffit à ce que le mariage soit conclu.

Le mariage n’est pas conclu en Islam si les quatre conditions citées plus haut ne sont pas réunies.


Un autre point sur lequel il faut insister c’est le fait de faire un acte écrit
. Car surtout en France et en Europe, l’imam d’une mosquée ne peut pas donner un acte écrit. Donc il faut faire le mariage à la mairie pour préserver les droits de chacun. Il y a des frères qui disent que ce n’est pas utile du moment que l’on fait le mariage « shar’i ».

Non ! C’est pour garantir les droits de chacun. Un exemple : un frère qui veut emmener sa femme au hajj, il ne peut pas dire "j’ai fait un acte de mariage shar’i verbal." Le consulat va lui demander l’acte de mariage. Donc il faut avoir l’acte de mariage. Quand on part en vacances avec notre femme, si on se fait contrôler dans nos pays musulmans et que l’on n’a pas d’acte, on va être emmenés au poste.

Donc pour préserver les droits de chacun et même après le mariage pour garantir que les enfants seront reconnus comme les enfants de « Monsieur » et « Madame » un tel. Rien n’empêche aussi de faire l’acte de mariage islamique au Consulat pour ceux qui le souhaitent.

 

Nous allons parler du mariage mais surtout des innovations et interdits que commettent les gens durant le mariage.

  le gaspillage

  des pratiques contraires à la Sunna

Il y a le gaspillage du temps car les gens passent des mois à préparer le mariage. Le gaspillage de l’argent : les grosses voitures louées pour le jour du mariage, les grandes salles avec traiteur, les groupes de musique…

Parce qu’un tel a vu le voisin ou un membre de la famille marier sa fille ou son fils en prenant une grande salle, en faisant une grande fête avec groupe de musique etc, alors lui va vouloir faire mieux, dépenser encore plus.

Il va devoir s’endetter pour faire plus alors qu’il débute sa vie de couple. Des milliers et des milliers d’Euros qui sont dépensés, mais pas de la bonne manière, celle qui satisfait Allâh  alors que des millions de nos frères et de nos sœurs en Palestine, en Iraq, au Soudan, meurent de faim et même juste autour de nous des musulmans qui manquent de moyens alors que ces gens dépensent des milliers d’Euros juste pour une nuit.

Et pourquoi ? Juste pour que les gens disent : « ah un tel, il a fait un mariage…mâ sha’a Allâh ! »

Tu achètes l’agrément et la satisfaction des gens par la colère et l’insatisfaction d’Allâh .

Qu’est-ce que tu vas dire le Jour du Jugement ?   Tu n’as pas honte ?

Les gens louent des villas, des grandes salles, des voitures, tout cela juste pour se montrer devant les gens.

Est-ce que les compagnons  se mariaient de la manière dont les musulmans de nos jours se marient ?

Certes l’islam nous appelle à montrer notre joie le jour du mariage, à le célébrer et à faire un bon repas, ce que l’on appelle « al-walima », le prophète  a conseillé de le faire.

Il a dit à abderrahman ibn awf par exemple :

« Prépare, ne serait ce qu’un mouton » [ Rapporté par Boukhari, Fateh n° 2048 ]
 

Mais nous, nous sommes partis dans l’excès et le gaspillage et nous avons inventé beaucoup de choses.

A l’époque du Prophète , lorsqu’il y avait un mariage, les femmes se réunissaient et jouaient du « bendir » (tambourin). C’est l’instrument qui est autorisé en islam.

Aujourd’hui il y a les groupes de musique et si ce n’est pas ça il y a la sono avec toutes les chansons et toutes les sortes de musiques.

Le prophète  nous a averti de cela dans un hadith authentique :

« Il y aura des gens de ma communauté qui déclareront licite l’adultère, le port de la soie pour les hommes,
la consommation du vin et les instruments de musique »

 

Celui qui fait tout pour avoir l’agrément, la satisfaction d’Allâh   même au détriment de la satisfaction des gens alors Allâh  sera satisfait de lui et fera en sorte que les gens le soient aussi.

Et à l’inverse, celui qui court vers la colère d’Allâh pour obtenir l’agrément et la satisfaction des gens alors Allâh  ne lui accordera pas Sa satisfaction et fera en sorte que les gens ne seront jamais satisfaits de lui non plus.

Dans nos adorations, nous devons rechercher la satisfaction d’Allâh  et Son agrément et le mariage fait partie de l’adoration et est même considéré comme la moitié de la religion. Donc nous devons être sincères et tout faire pour satisfaire Allâh  dans le mariage.

Un autre problème durant les fêtes de mariage c’est que l’on invite les gens connus, célèbres et que l’on délaisse les gens qui sont pauvres.

Il y a aussi des gens qui ne répondent pas à l’invitation. Si on vous invite dans un mariage dans lequel il y a du haram, des actes illicites alors il ne vaut mieux pas y aller. Par contre, plus tard, il est bon d’aller féliciter le marié.

 Le prophète nous a enseigné de dire à cette occasion :

« Qu’allâh  vous bénisse et bénisse ce qu’il y a entre vous et vous unisse dans le bien.
Qu’allâh vous donne une descendance pieuse qui adore Allâh et s’éloigne de shaytan. »
 

Il y a aussi dans les mariages des femmes ou des hommes qui donnent des billets d’argent à la mariée ou au marié et à chaque fois qu’un billet est donné, une femme crie « un tel ou une telle a donné tant de Euros »

Si on veut donner de l’argent en cadeau on peut le faire mais discrètement. Il ne faut pas l’annoncer comme cela devant tout le monde car peut-être que dans l’assemblée, des gens qui n’ont pas les moyens vont se sentir mal à l’aise de donner moins que les autres.

Le mieux est de faire des enveloppes, avec des petits mots aussi, des invocations pour les mariés.

Il y a aussi la mixité entre hommes et femmes dans les mariages. Ne fréquentez pas les mariages où les hommes et les femmes se mélangent.

Il y a dans ces mariages des hommes et des femmes qui ne se connaissent pas, étrangers les uns pour les autres et qui commencent à danser ensemble. Est-ce que tu veux que l’on danse avec ta femme, est-ce que tu veux que l’on danse avec ta sœur, avec ta mère ? Alors ne le fait pas avec la femme des autres ou leur sœur ou leur mère.

Dans les mariages, la mariée est préparée, embellie, maquillée de la plus belle manière qui soit. Peut-être que son mari ne la verra plus jamais aussi belle que ce jour là.

Comment un homme peut-il accepter que sa femme préparée pour avoir la plus belle apparence soit assise dans une salle et que tous les hommes invités à ce mariage la regardent. A quoi crois-tu que vont penser ces hommes en regardant ta femme ? Il est où l’honneur du musulman ? Il faut se préserver.

Et cette femme-là elle va s’habiller avec une quantité de robes différentes : un habit berbère, un habit indien, un habit égyptien…elle passe sa journée à changer de vêtements, pourquoi ? Pour paraître devant les gens. Pas pour son mari.

Si on la préparait ainsi à chaque fois et qu’on la laissait avec son mari ce serait bien, mais on la prépare pour que tous les gens la regardent. Où en sommes-nous par rapport à l’islam ?

Est-ce que les Compagnons  se mariaient de cette façon ? Ne serait-ce que vos grands parents, est-ce qu’ils se mariaient de cette façon ?

Il reste un point très, très important.

Il est conseillé de débuter sa vie de couple, surtout la nuit de noces en faisant une prière de deux raka’t, comme ça tu commences cette nouvelle vie de la meilleure manière qui soit.

Le prophète nous apprend cette sunnah qui consiste à poser la main sur la tête de sa femme et de dire l’invocation suivante :

« ô Allah, je Te demande le meilleur de ce qu'il y a en elle et le meilleur de ce vers quoi Tu l'as prédisposée et je me réfugie auprès de Toi du mal qu'il y a en elle et du mal vers lequel Tu l'as prédisposée. »

Et lorsque le mari touche sa femme et consomme son mariage qu’il dise : bismiLlâh. C’est le minimum. Et le prophète nous apprend cette du’a :

"ô Allâh ! Eloigne shaytan de nous et de ce que tu vas nous octroyer." (la descendance)
 

Cela doit se dire avant chaque relation intime avec sa femme et le prophète ajoute que si un enfant naît suite à cet acte là alors il sera protégé par Allâh .

 

Pour finir, il n’y a pas de mot pour exprimer ou décrire l’innovation dont je vais parler à présent. C’est un « munkar », une turpitude, un grand mal qui règne dans notre société.

Mais c’est uniquement traditionnel, à cause de l’ignorance. Il n’y a aucun mot pour le décrire mais les gens le connaissent tous : c’est l’innovation du drap.

Où la pudeur ?  Où l’honneur ?

C’est vraiment honteux et grave, c’est vraiment rabaissant et blessant pour ces femmes et ces hommes à qui l’on demande la preuve qu’ils ont consommé leur mariage, et la preuve de la virginité de cette fille-là. Cela ne concerne que le couple.

Pourquoi le divulguer devant tout le monde ?

Ils exigent de voir le drap le lendemain voire même parfois dans la soirée. Il y a même des fois dans les mariages, la gouvernante, ou la cousine ou la tante ou la mère du marié qui est là derrière la porte et attend le drap.

Même, dans nos pays d’origine, le mari s’isole dans une pièce avec sa femme et tout le monde est à l’extérieur en train de chanter et de réclamer le drap avec les gouttes de sang de cette virginité. C’est honteux, c’est rabaissant et c’est grave.

Le prophète   nous interdit de dévoiler les secrets du couple. Si la femme voit une chose de son mari ou l’homme voit une chose de sa femme, ils n’ont pas le droit de le divulguer à qui que ce soit.

Arrêtons ce massacre, arrêtons ces interdits, arrêtons ces « munkar » (actes blâmables) et ces hérésies.

 

Chers frères et sœurs, le mariage est la moitié de la religion mais il faut faire son maximum pour se marier comme Allâh  l’agrée, comme Il le souhaite et comme le prophète  nous l’a appris selon les principes de l’islam en les respectant pour que l’on puisse par la suite jouir d’une bonne vie de famille, une vie de famille heureuse.

Car si le début du mariage est fait sur de bonne bases, des bases solides, ce qui viendra après ne sera in sha’a Allâh que bonheur, réussite, miséricorde.

 

Qu’Allâh  fasse que les célibataires trouvent des épouses et des époux pieux.

Qu’Allâh  préserve les couples et les familles de tout mal.

 

Sermon donné par le frère Abou Younes

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre