Ce qui est recommandé au moment de l'agonie

 

Au moment de l'agonie, il est recommandé de respecter les traditions suivantes:

 1 - Faire dire à l'agonisant :

 

« Lâ ilâha illâ llâh »
[ d'après ce que Muslim, Abu Dâwûd et Tirmidhy ont rapporté d'après Abu Saïd El-khudry (qu’Allah l'agrée).]

 

Le Prophète a dit:

" Dictez à l'agonisant : « Il n'y a d'autre divinité qu'Allah.»"

Abu Dâwûd a rapporté ce hadith, Hâkim l'a authentifié d'après Mu'âdh Bin Jabal qui a rapporté d'après le Messager d’Allah :

« Celui dont les derniers mots sont « Il n'y a de divinité qu'Allah», entrera au paradis.»

On dicte la formule de l'unicité à celui qui ne la prononce pas, mais celui qui la prononce n'a pas besoin qu'on la lui rappelle. On la rappelle à la personne consciente capable de parler, pas à l'inconscient. Celui qui n'est pas capable de parler la répète dans son cœur.

Les Ulémas ont dit qu'il ne faut pas insister dans ce rappel de l'attestation de foi de crainte que la personne mourante ne se fâche et dise des choses inacceptables. Il faut seulement la lui rappeler pour qu'elle s'en souvienne. Si l'agonisant prononce la formule de l'unicité, on ne doit pas la lui rappeler tant qu'il ne prononce pas d'autres paroles. S'il parle, on la lui rappelle pour qu'elle soit la dernière de ses mots.

La plupart des Ulémas trouvent qu'il suffit à l'agonisant de prononcer « Il n'y a d’autre divinité qu'Allah » d'après ce que le hadith comporte. Mais d'autres trouvent nécessaire qu'on lui rappelle la formule d'unicité toute entière avec sa suite c'est à dire :

« J'atteste qu'il n'y a de dieu qu'Allah et que Muhammad est Son adorateur et Son Messager »

parce que le sens de l'unicité se trouve dans la formule toute entière.

 

2 - Tourner l'agonisant sur son côté droit vers la direction de la Qibla.

D'après ce que Bayhaqî et Hâkim ont rapporté selon une chaîne de transmission authentifiée par Abu Qatâda, le Prophète avait demandé des nouvelles de Barrâ' bin Ma'rur lorsqu'il est entré à Médine. On lui apprit qu'il est décédé, qu’il a voulu laisser au Prophète le tiers de ses biens et être dirigé vers la direction de la Qibla en agonisant. Le Prophète répondit:

« Son instinct fut bien exact, j'ai rendu le tiers de ses biens à son fils.» Puis il est parti faire la prière pour le décédé dans laquelle il dit : « Ô mon Seigneur, pardonne-lui, accorde-lui Ta miséricorde et fais-le entrer dans Ton paradis. Tu l'as déjà fait.» [ El Hâkim a dit: Je ne connais aucun autre hadith concernant le fait de tourner les agonisants vers la Qibla.]

De même, Ahmad a rapporté que Fatima , la fille du Prophète avait fait face à la Qibla et s'est allongée sur son côté droit.

C'est de cette façon que le Messager d’Allah avait donné l'ordre de dormir et de placer le mort dans sa tombe.

 

3 - Fermer les yeux lorsqu'on meurt:

D'après ce que Muslim a rapporté, le Prophète est entré chez Abu Salama qui avait les yeux grand ouvert. Il les lui ferma et dit : « Lorsque l'âme se sépare du corps, les yeux suivent l'âme.»

 

4 - Couvrir le mort pour cacher son image qui a changé aux yeux des gens :

D'après' Aïcha , on avait couvert le Prophète lors de sa mort par une étoffe.
[ Bukhârî et Muslim ont rapporté ce hadith ]

II est permis d'embrasser le décédé. Ceci est approuvé par l'unanimité.

Le Messager d’Allah avait embrassé 'Uthmân bin Maz'ûn étant mort, Abu Bakr également a embrassé le Messager d’Allah entre les yeux étant mort et lui dit : " Ô Prophète ! Ô ami bien sincère !"

 

 5 - Se hâter d’enterrer une personne quand on est sûr de sa mort.

(Il est nécessaire que des médecins ou des connaisseurs certifient la mort, surtout chez celui qui s'était évanoui.) Le tuteur se hâte de lui faire la lotion et de l'enterrer par crainte qu'il ne se détériore, puis prie pour lui. D'après ce que Abu Dâwûd a rapporté.

D'après Husayn bin Wahwah, lorsque Talha Bin Barra' est tombé malade, le Prophète est venu lui rendre visite. Il dit:

« Je ne vois que la mort chez Talha ; lorsqu'il décède, faites-le-moi savoir et hâtez-vous de l’enterrer, parce qu'il ne convient pas au cadavre d'un musulman de rester longtemps sans enterrement.»

On ne retarde pas l'enterrement en vue de l'arrivée de quelqu'un, à l'exception du tuteur qu'on attend si on ne craint pas la détérioration du corps.

Ahmad et Tirmidhy   ont rapporté d'après 'Ali que le Prophète a dit :

« Ô 'Ali, il y a trois choses qu'il ne faut pas retarder : le moment de la prière, le moment de l'enterrement et le mariage de la veuve si elle trouve un mari compétent.»

 

6 – S’acquitter de ses dettes:

D'après ce que Ahmad, Ibn Mâja et Tirmidhy , qui l'a considéré comme bon, ont rapporté d'après Abu Hurayra , le Prophète a dit:

« L'âme du croyant est attachée à ses dettes jusqu'à leur acquittement.»

C'est à dire que cette âme ne peut être condamnée ou déclarée innocente ou qu'elle reste privée du paradis jusqu'à ce que ses dettes soient acquittées. Ceci concerne celui qui meurt en laissant de quoi acquitter ses dettes.

Alors que celui qui n'a pas de quoi s’acquitter de ses dettes et qui meurt en ayant eu l'intention de s'en acquitter, Allah les lui effacera. Il en est de même pour celui qui a de quoi s’acquitter de ses dettes et qui meurt ayant cette intention, mais dont les héritiers ne s'en acquitte pas.

Chez Bukhâry d'après Abu Hurayra , le Prophète a dit :

« Celui qui prend l'argent des autres avec l'intention de le détruire, Allah le détruira.»

Ahmad, Abu Na'im, Bazzâr et Tabarâni   ont rapporté que le Prophète a dit :

"Allah, à Lui l'omnipotence et la majesté, appelle l'endetté le jour de la résurrection et lui demande :

-« ô fils d'Adam, pourquoi as-tu pris cette dette, et qu'est-ce que tu en as fait? »

-« Ô mon Seigneur, Lui répondra l'endetté, tu sais bien que je ne l'ai pas prise pour manger ni pour la perdre, mais j'ai eu un incendie ou j'ai subi un vol (ou une perte ou un dommage) ».

Allah dira alors :

« Mon adorateur dit la vérité, et moi Je suis le Meilleur pour acquitter tes dettes ».

Alors Il demande une action qu'Il mettra dans la balance. Le plateau des bons actes pèsera plus lourd que celui des mauvais actes et il entrera au paradis grâce à la Miséricorde d’Allah ."

 

Le Prophète ne priait pas pour les endettés auparavant, puis lorsqu’Allah lui a ouvert les portes des pays et que les biens se sont multipliés, il a prié pour les endettés et s'est acquitté de leurs dettes.

Il a dit selon le hadith de Bukhârî:

« J'assume plus de responsabilités envers les croyants qu'ils n'assument eux-mêmes; celui qui meurt avec une dette, nous devons l'acquitter s'il n'a pas de quoi rendre sa dette ; s'il en a, c'est à ses héritiers de le faire »

Ce hadith est une preuve qu'on doit payer les dettes d'un décédé (qui avait droit à la zakat) avec l'argent du trésor public des musulmans. La dette ne s'annule pas par la mort.

 

7 - Il est recommandé d'invoquer Allah au moment de la mort et de dire la formule :

« A Allah nous appartenons et à Lui nous retournerons »

" Innâ lillâhi wa innâ ilayhi râji'oune "

Il est préférable pour le croyant lors de la mort d'un proche de prononcer la formule : « Nous appartenons à Allah et à Lui nous retournerons » et d'invoquer Allah selon ce qui suit :
 

 - Ahmad et Muslim ont rapporté d'après Umm Salama qu'elle avait entendu le Messager d’Allah (sur lui la bénédiction et la paix d’Allah) dire:

« Si un croyant, à qui il arrive un malheur, dit :

« Nous sommes tous à Allah et à Lui nous retournerons, ô Allah, accorde-moi une rétribution dans mon malheur et remplace-moi (ce que j'ai perdu) par quelque chose de meilleur », Allah le récompensera eu égard à son malheur et donnera une vie meilleure ».

Alors lorsque Abu Salama fut décédé, j'ai prononcé ce que le Messager d’Allah m'avait ordonné de dire et Allah m'a remplacé le défunt par un meilleur : le Messager d’Allah.

 

- Dans le livre de Tirmidhy, d'après Abu Mussa-AI-Ach'ary, le Messager d’Allah a dit :  « Lorsque l'enfant d'un croyant meurt, Allah demande à ses anges:

« Vous avez pris l'enfant de Mon adorateur? »  - « Oui », répondront-ils.

– « Vous avez pris son bien aimé? »   -« Oui », répondront-ils.

– « Et qu'est ce qu'il a dit ? »  - « Il T'a loué et a dit : "Nous appartenons à Allah et à Lui nous retournerons". »

Alors Allah dit :

« Construisez-lui une maison au Paradis et donnez-lui le nom de «Maison de louanges ». [ Hadith jugé bon.]
 

- D'après Ibn 'Abbâs , Allah dit:

" [...] Et fais la bonne annonce aux endurants, qui disent, quand un malheur les atteint :
« Certes nous sommes à Allah, et c’est à Lui que nous retournerons.
Ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur,
ainsi que la miséricorde; et ceux-là sont les biens guidés.

[ Sourate 2 – Versets 155-156-157 ]

Le prophète a dit :

Allah a signalé que si le croyant s'en remet à Allah au moment d’un malheur et qu’il dit

« Nous appartenons à Allah et c'est à Lui que nous retournerons », trois mérites lui seront décernés : la bénédiction d’Allah, Sa miséricorde et la bonne voie.

 

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre