Son statut

Tous les musulmans se sont mis d'accord sur le fait que l'enterrement d'un mort est une obligation qui une fois accomplie par les uns, ne constitue plus un devoir pour les autres.

Allâh dit :

« N’avons-Nous pas fait de la terre un endroit les contenant tous, les vivants ainsi que les morts? »
[ Sourate 77 – Verset 25 et 26 ]

 

L'enterrement pendant la nuit

La plupart des ulémas trouvent qu'il est permis d'enterrer un mort le jour ou la nuit.

Le Messager de Dieu a enterré de nuit l'homme qui récitait à haute voix les formules d'adoration et d'invocation la nuit. De même que 'Alî a enterré de nuit Fâtima . On a également été enterrés de nuit, Abû Bakr, 'Uthmân, 'Â'isha et Ibn Mas'ûd .

Par ailleurs, Ibn 'Abbas rapporte :

Le Prophète descendit dans une tombe la nuit et on lui alluma une lampe. Il prit la dépouille du côté de la Ka'ba et lui dit : « Que Dieu t'accorde Sa Miséricorde, Tu craignais Dieu et récitait mélodieusement le Coran », puis il formula quatre fois la takbîra. [ Rapporté par at-tirmidhi et dit : Il est bon.]

Il ajoute que la plupart des savants ont permis d'enterrer les morts pendant la nuit mais à condition qu'on ne néglige aucun des droits du défunt et surtout la prière pour lui; sinon, elle devient déconseillée et réprouvable .

Muslim a rapporté :

Le Prophète prononçait son sermon, il rappela le cas d'un homme parmi ses compagnons qu'on avait enseveli dans un linceul médiocre et enterré la nuit. Alors il a déconseillé d'enterrer les morts pendant la nuit sauf en cas de nécessité.

Ibn Maja a rapporté d'après Jâbir :

Le Messager de Dieu a dit : « N'enterrez pas vos morts la nuit si vous n'y êtes pas obligés.»

 

L'enterrement au moment du lever du soleil, du midi, et du coucher du soleil

 

Tous les Ulémas se sont mis d'accord sur le fait que si l'on craint que la dépouille du défunt se détériore il est permis d'enterrer les morts à ces trois moments, sans que ce soit considéré comme haïssable.

Si on ne craint pas sa détérioration il est permis de l'enterrer à ces trois moments chez la plupart des ulémas à condition de ne pas avoir l'intention de le faire exprès, à ce moment là l'enterrement est réprouvable, selon ce que Ahmad, Muslim et les auteurs des livres «Sunan» ont rapporté d'après 'Uqba :

« Le Prophète nous déconseillait de procéder à la prière ou à l'enterrement de nos morts à trois moments de la journée : au lever du soleil, à midi, et au coucher du soleil. »

Les hanbalites affirment qu'il est réprouvable d'enterrer un mort à ces moments de la journée, conformément aux termes du hadith cité.

 

La recommandation d’augmenter la profondeur de la tombe

 

Ce qui est désigné par l'enterrement c'est cacher le défunt dans une fosse dans la terre qui empêche l'odeur de se répandre et les bêtes féroces et les oiseaux de l'atteindre. Une fois que cet objectif est réalisé le devoir est alors accompli. Mais, il faut que la profondeur de la tombe soit de la taille d'un homme. C’est ce que Nasâï et Tirmidhy ont rapporté, et Tirmidhy a considéré comme authentique d'après Hichâm bin 'Amir :

« Nous nous plaignîmes auprès du Prophète le jour de Uhud et dîmes:
Ô Envoyé de Dieu, il nous est pénible de creuser une tombe pour chaque mort".

Le Prophète nous répondit : « Creusez et approfondissez en ayant soin de bien faire, puis inhumez deux ou trois personnes dans la même fosse.

- Qui mettrons nous en premier, ô Envoyé de Dieu? demandèrent-ils.

- Commencez par celui qui est le plus versé dans le Coran » répondit le Prophète.

Le rapporteur ajouta : « Mon père était, ce jour-là, le troisième enterré dans la même tombe »


Ibn Abu Chayba et Ibn Mundhir ont rapporté d'après 'Omar :

« Approfondissez les tombes de la hauteur d'une taille d'homme et davantage. »

Chez Abu Hanifa et Ahmad on approfondit à la moitié de la taille d'une personne, si on dépasse ceci cela est mieux.

 

La préférence de faire un lahed et non un choq

Le "lahd" consiste à pratiquer une excavation latérale dans la tombe, du côté de la Ka'ba, sur laquelle sont posées des briques de sorte qu'elle constituent une sorte de toit.

Le " choq" est une fosse au milieu de la tombe dont les côtés sont construits en briques et sur laquelle on pratique une couverture en guise de de toit.

Tous les deux sont légaux mais le premier est préféré.

D'après ce que Ahmad et Ibn Mâja ont rapporté d'après Anas :

« Lorsque le Prophète décéda, il y avait deux hommes qui creusaient les tombes, l'un pratiquait la technique du lahd l'autre celle du shoq. Les musulmans hésitèrent et ne surent lequel des deux appeler. Alors ils décidèrent de s'en rendre à Dieu et de les avertir tous les deux, de sorte que celui qui arriverait le premier serait chargé de creuser la tombe du Prophète . Celui qui pratiquait le lahd se présenta avant l'autre et sa technique fut adoptée. »

Ce qui prouve que les deux pratiques sont aussi bien permises l'une que l'autre. Le lahd est toutefois privilégié, conformément au hadith que rapportent Ahmad, Abû Dâwûd, At- Tirmidhî - lequel le considère bon (hasan) - et Ibn Mâja  d'après Ibn 'Abbâs , disant que le Prophète a dit :

« A nous le lahd, aux autres le shoq ».

 

Comment déposer le mort dans la tombe

Conformément à la tradition, il faut si possible introduire la dépouille dans sa tombe par les pieds. A ce propos, Abû Dâwûd, Ibn Abî Shayba et Al-Bayhaqî rapportent d'après 'Abdallâh Ibn Zayd , que celui-ci introduisit la dépouille d'un mort dans sa tombe du côté des pieds et dit : « Telle est la tradition ». Toutefois s'il n'est pas possible de l'introduire ainsi, on procèdera de la façon qu'on veut.

Ibn Hazm soutient quant à lui qu l'on introduit le défunt dans la tombe de n'importe quelle manière, ça peut être en orientant le visage vers la Qibla ou en tournant le dos à la Qibla ou par la tête du défunt ou par ses pieds car il n'y a pas de texte spécifique à ce propos.

 

La préférence de diriger la tête du défunt dans sa tombe vers la direction de la Qibla, d'invoquer Dieu pour lui et de délier son linceul

 

La tradition adoptée par les érudits est de déposer la dépouille dans sa tombe sur le côté droit, face à la Ka'ba, et que celui qui la dépose dise :« Au nom de Dieu et selon la tradition du Messager de Dieu », et délie le linceul.

D'après Ibn 'Omar :

« Le Prophète disait en déposant un défunt : « Au nom de Dieu et selon la tradition de son Messager ». [ Rapporté par Ahmad, Abu Dâwûd, Tirmidhy et Ibn Mâja. Nasâï l'a rapporté selon une chaîne de transmission accordée au Prophète et une autre accordée à l'un de ses compagnons.]

 

Il est réprouvable de déposer des effets (vêtement, oreiller ... ) dans la tombe

Les ulémas ont considéré comme réprouvable le fait que l'on fasse porter au défunt une robe ou qu'on lui mette un coussin sous sa tête dans la tombe.

Ibn Hazm ne trouve pas de mal à mettre une étoffe de tissu dans la tombe sous le flanc du défunt, selon ce que Muslim a rapporté d'après Ibn 'Abbâs :

« On étendit dans la tombe du Prophète une couverture rouge.»

Ainsi, Dieu Tout Puissant ne réprouva point une tel pratique.

Ceux qui ont fait cet acte étaient les meilleures des personnes de la terre à ce moment là et ils l'ont fait à l'unanimité. Personne parmi eux ne l'a dénié.

Les Ulémas ont recommandé de mettre dans la tombe sous la tête du défunt une quantité de terre argileuse pétrie, une pierre ou de la terre sèche, on tourne le défunt sur son côté droit, sa joue posée sur cette terre après avoir éloigné le linceul de sa joue.

'Omar a dit : « Lorsque vous me déposez, appliquer ma joue sur la terre. »

Dahhâk a recommandé qu'on délie son linceul et qu'on découvre sa joue.

Les savants trouvent également louable de soutenir la dépouille avec de la terre, avec une brique ou autre, derrière le dos, afin qu'elle ne se renverse pas sur la nuque.

Abû Hanîfa, Mâlik et Ahmad estiment louable d'étendre une pièce d'étoffe sur la dépouille de la femme lors de son introduction dans la tombe (sans procéder de même pour l'homme). Les shâfi'ites le considèrent également louable pour l'homme.

 

La recommandation de lancer trois poignées de sable sur la tombe

 

Il est recommandé pour ceux qui sont présents de lancer chacun trois poignées de terre dans la tombe du côté de la tête du défunt selon ce que Ibn Mâja a rapporté :

« Le Prophète a fait la prière pour un mort
puis il s'approcha de la tombe et lança trois poignées du côté de sa tête ».

 

La recommandation d'invoquer Dieu pour le défunt après l'enterrement

Il est louable d'invoquer le pardon divin pour le mort après son inhumation,tout comme il est louable d'invoquer Dieu pour qu'Il lui accorde de l'assurance, car c'est à ce moment qu'il subit l'interrogatoire.

'Uthmân rapporte que lorsque le Prophète achevait d'inhumer le mort, il se tenait près de la tombe et disait :

« Invoquez Dieu pour qu'Il accorde le pardon et de l'assurance à votre frère, car il est en train de subir l'interrogatoire. » [ Rapporté par Abu Dâwûd, Hâkim et Bazzâr ont rapporté ce hadith, Hâkim l'a authentifié. Bazzâr a dit: il n'est rapporté d'après le Prophète que sous cette forme ]

 

Ruzayn rapporte que lorsque 'Ali achevait d'inhumer un mort, il disait :

« Seigneur, voici Ton serviteur venu résider auprès de Toi
- sachant que Tu es le plus digne des hôtes - pardonne-lui et élargis son entrée. »


Ibn Abbas a recommandé de réciter le début et la fin de la Sourate «La vache» sur la tombe et après l'inhumation. Bayhaqî l'a rapporté selon une chaîne de transmission bonne.

 
 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre