1- Définition

Dans la langue arabe, le mot « Tayammum » signifie le but. Le sens légitime c’est se diriger vers le sable pour essuyer le visage et les mains, par l’intention d’être prêt et pur pour pratiquer la prière ou d’autre culte.

 

2- La preuve de sa légalité

Sa légalité est prouvée par le Livre, la sunna et l’unanimité

Dans le Coran

Allah  a dit : « Si vous êtes malades ou en voyage, si vous venez de satisfaire un besoin naturel ou d’avoir touché une femme et que vous ne trouviez pas d’eau, avisez de la terre propre et pure et essuyez-vous en le visage et les mains, Dieu est indulgent et miséricordieux ».

Dans la tradition Prophétique

D’après Abu Umama le Messager de Dieua dit : « Toute la terre m’a été donnée comme mosquée et son sable un moyen de purification pour ma nation et moi, tout homme de ma nation peut prier partout où l’heure de la prière lui survient, il a le moyen de purification. » [ Rapporté par Ahmad ]

L’unanimité des musulmans

C’est établie sur le fait de la légalité du Tayammum à la place des ablutions et la lotion dans des cas spéciales.

 

3- Ce fait est spécifiquement légalisé pour cette nation

Il est l’un des caractères spéciaux que Dieu a accordé à cette nation.

D’après Jaberle Messager de Dieu a dit : « J’ai reçu cinq faveurs que personne n’avait reçu avant moi : la victoire due à la peur que j’inspirais (à mes ennemis) d’une distance qui vaut le parcours d’un mois de marche, toute la terre m’a été donnée comme mosquée et son sable un moyen de purification, tout homme de ma nation peut prier partout où l’heure de la prière lui survient, il m’est permis de m’emparer du butin, j’ai reçu le droit d’intercession, et enfin, les autres prophètes n’étaient envoyés qu’à leurs peuples et j’ai été envoyé à l’humanité toute entière. » [ Rapporté par Muslim et Bukhary ]

 

4- La cause de sa légalité

Aicha a dit : « J’ai voyagé une fois avec le Prophète (sur Lui la bénédiction et la paix de Dieu), mon collier est perdu dans le désert, alors le Prophète (sur Lui la bénédiction et la paix de Dieu) s’est arrêté avec les gens pour le chercher, le lieu était le désert où il n’y a pas d’eau, en plus les gens n’en avait point, ils sont venus se plaindre à Abu Bakr (que Dieu l’agrée). Celui-ci est venu me trouver – le Prophète s’était endormi la tête sur mes genoux- Il m’a fait des reproches, a dit ce que Dieu a voulu qu’il dise et m’a piqué de sa main à la taille, rien ne m’a empêché de bouger que le Prophète qui dormait sur mes genoux, matin, il s’est réveillé, et n’a pas trouvé d’eau, alors Dieu a révélé verset du Tayammum. » [ Rapporté par El Jama’a excepté Timirdhy ].

 

5- Les causes qui nécessitent le Tayammum

Le tayammum est toléré pour celui qui est en état d’impureté ou ses ablutions sont annulées qu’il soit résident ou en voyage pour les causes suivantes :

A -  S’il ne trouve pas d’eau ou n’en trouve pas une quantité suffisante pour se purifier, comme l’indique le hadith de Umran bin Husayn qui a dit : « Nous étions en voyage avec le Prophète il a dirigé la prière, puis il a remarqué un homme qui s’était isolé loin des gens, il lui a dit : « qu’est-ce qui t’a empêché de prier ? » il lui a répondu : « je suis en état d’impureté majeur et il n’y a pas d’eau. » alors le Prophète (sur Lui la bénédiction et la paix de Dieu) a dit : « cherche du sable, il te suffit ». Rapporté par Bukhary et Muslim

D’après Abu Dharrle Messager de Dieu a dit : « Le sable est un purificateur pour celui qui ne trouve pas l’eau même si c’est pour dix ans. » [ les auteurs des sunans ont rapporté ce hadith ]. Tirmidhy a dit « c’est un hadith bon et authentique, il faut avant de faire le Tayammum, chercher l’eau dans ses bagages, chez ses compagnons, ou dans les endroits proches de lui où il y a l’habitude de l’eau. S’il devient sûr qu’il ne va pas trouver ou quelle est loin de lui, il n’est pas obligé de la chercher. »

B - S’il est blessé ou malade, et qu’il craint que l’utilisation de l’eau aggrave sa maladie ou retarde sa guérison, peu importe s’il connaît cela d’après l’expérience ou d’après une information donnée par des médecins dignes de confiance, comme l’indique le hadith de Jabir qui a dit : « Nous étions en voyage lorsque la tête de l’un de nous fut blessé par une pierre, puis il a vu un rêve érotique, il a interrogé ses compagnons : « pensez-vous que je puis faire le tayammum ? » ils ont répondu « tu ne peux pas profiter de cette tolérance car tu peux user de l’eau. » Alors l'homme s’est lotionné et à la suite il est décédé. Quand nous sommes retournés chez le Messager de Dieunous lui avons raconté ce qui s’était passé, alors il a dit : « Ils l’ont tué ! Que Dieu les tue ! Ne peuvent-ils pas demander consultation s’ils ne savent pas ? Le remède de l’ignorance est la question, il était suffisant pour lui de faire le tayammum, d’appliquer un bandage autour de sa blessure et de l’effleurer, puis laver son corps. » [ Rapporté par Abu Daoud, Ibn Maja et Darqutny, Ibn Sakan l’a authentifié ].

C - Si l’eau est très froide et il pense que son utilisation va lui causer du mal à condition qu’il soit impossible de la chauffer même contre de l’argent ou il ne peut aller à un bain public. Comme l’indique le hadith de Amr bin As qui a dit : « Lors de l’expédition de Dhat-El-Salasil, j’ai eu un rêve érotique pendant une nuit de grand froid, j’ai eu peur de mourir si je me lotionne, alors j’ai fait le tayammum et j’ai dirigé la prière de l’aube avec mes compagnons. Lorsque nous sommes retournés chez le Messager de Dieuils lui ont raconté cela, alors il m’a dit : « O Amr, as-tu dirigé la prière avec tes compagnons pendant que tu étais en état d’impureté ? » je lui ai répondu : « Je me suis rappelé de la parole de Dieu alors j’ai fait le tayammum et j’ai prié. » Le messager de Dieu (sur Lui la bénédiction et la paix de Dieu) a ri et n’a rien dit. [ Rapporté par Ahmad, Abu Daoud, Hakem, Darqutny et Ibn Hibban. Bukhary l’a considéré comme Mu’allaq ]. Ce fait est une approbation et l’approbation est une preuve car le Prophèten’approuve pas ce qui est invalide.

D - Si l’eau est proche de lui mais il craint que sa personne, son honneur ou son argent soit attaqué par un danger ou il craint qu’il va perdre ses compagnons. Il se peut aussi qu’un ennemi lui empêche d’arriver à l’eau que se soit un être humain ou autre s’il était prisonnier, s’il n’arrive pas à puiser l’eau par manque de moyens comme la corde et le seau, car l’existence de l’eau dans ce cas est comme son absence, enfin s’il craint qu’en se lotionnant il sera accusé à tort ; dans tous ces cas il est permis de faire le tayammum.

E - S’il a besoin de l’eau soit à l’instant même soit en prévision pour sa propre boisson ou pour la boisson d’un autre, même s’il s’agit d’un chien qui ne mord pas ou qu’il en a besoin pour préparer un repas, ou pour enlever une souillure considérée par la législation, il peut dans tous ces cas recourir au tayammum et garder l’eau avec lui. L’Imam Ahmad a dit : « Plusieurs compagnons ont fait le tayammum et garder l’eau pour leurs nourritures. »

De son côté Alia dit à propos de l’homme en voyage qui se trouve en état d’impureté majeur et n’a qu’une petite quantité d’eau, et craint d’avoir soif s’il l’utilise : « Qu’il fasse le tayammum et ne se lotionne pas. » [ Rapporté par Darqutny ] De même Ibn Taymiya a dit : « Il vaut mieux pour celui qui est pressé d’aller faire ses besoins, de prier en faisant le tayammum, que de s’efforcer pour garder son état de pureté résultant des ablutions par l’eau et de prier pressé par ses besoins »

F - S’il peut utiliser l’eau, mais craint que l’heure de la prière risque de passer s’il fait ses ablutions ou sa lotion, dans ce cas, il peut faire le tayammum pour prier et il ne doit pas répéter cette prière.

 

6- La terre qui est utilisé pour le tayammum

Il est permis de faire le tayammum par la terre pure et tout ce qui est tiré de la terre comme le sable, la pierre, et le gypse (pierre de plâtre), comme l’indique le verset ou Dieu dit : « Avisez, de la terre propre et pure. »

Les gens du langage sont unanimes sur le fait que le mot arabe « Saïd » signifie la partie supérieure de la terre qu’elle soit du sable ou autre.

 

7- La façon de faire la tayammum

L’homme en faisant le tayammum, doit commencer par l’intention qui est déjà détaillée dans le chapitre des ablutions. Ensuite :

- il doit dire « Bismillah »
- effleurer les deux mains par la terre pure
- passer ses deux mains sur le visage
- puis ses mains jusqu’aux poignets

Il n’y a plus clair et plus authentique que ce hadith de Ammar qui a dit : « J’étais en état d’impureté. Comme je n’ai pas trouvé d’eau, je me suis vautré dans la terre et j’ai prié. Puis j’ai raconté ce qui s’est passé au Prophète qui m’a dit : « Il te suffit de faire ainsi » Et le Prophète (sur Lui la bénédiction et la paix de Dieu) a effleuré la terre par ses mains, il a soufflé dessus et s’est essuyé le visage et les mains ». [ Rapporté par Muslim et Bukhary ].

Selon une autre version : « Il te suffisait d’effleurer la terre par les paumes de tes mains, souffler dessus puis s’essuyer le visage et les mains jusqu’aux poignets » [ Rapporté par Darqutny ]

Il mentionne, qu’il suffit de faire l'effleurement une seule fois, et d’essuyer seulement les main, en fait il est de la Sunna pour celui qui fait le tayammum par le sable, de secouer les mains et de souffler sur le sable pour l’enlever et il ne doit pas maculer le visage par la poussière.

 

8- Ce qui est permis à faire avec le tayammum

Le tayammum remplace les ablutions et la lotion en cas de manque de l’eau alors ce qui est permis à faire avec eux est permis avec la tayammum comme la prière, toucher le Coran et d’autres cultes, sa validité ne nécessite pas l’arrivée du temps de la prière. En effet, celui qui s’est purifié par tayammum peut prier tant qu’il veut des prières obligatoires et surérogatoires.

Il a le même statut des ablutions par l’eau. D’après Abu Dharr le Prophète a dit : « Le musulman peut se purifier en faisant ses ablutions par le sable (tayammum) même s’il ne trouve pas d’eau pendant dix ans, une fois l’eau trouvée, qu’il fasse ses ablutions ordinaires avec l’eau.Cela est bien. » [ Rapporté par Ahmad et Tirmidhy qui l’a authentifié ].

 

9- Ce qui annule le tayammum

Ce qui annule les ablutions, annule le tayammum car il les remplace. Il est annulé également par la présence de l’eau pour celui qui ne l’avait pas ou la possibilité de l’utiliser pour celui qui ne pourrait pas l’utiliser. Mais s’il a fait sa prière en étant purifié par le tayammum, puis il retrouve l’eau ou sera capable de l’utiliser, il n’est pas obliger de la refaire après l’avoir achevée même si le temps de cette prière n’est pas encore terminé.

D’après Abu Saïd El-Khudry : « Deux hommes étaient en voyage et l’heure de la prière entra mais ils n’avaient pas d’eau pour faire les ablutions, alors ils ont dû recourir à une terre propre et pure pour faire le tayammum et ils ont prié. Après un certain temps, ils trouvèrent l’eau; l’un deux reprit ses ablutions et sa prière, et l’autre ne les reprit pas, venant trouver le Prophète (sur Lui la bénédiction et la paix de Dieu). Ils lui ont raconté ce qui s’était passé, le Prophète (sur Lui la bénédiction et la paix de Dieu) dit à celui qui n’a pas repris sa prière « Tu as fait la Sunna, et tu as accompli ta prière. » et à l’autre : « Tu auras une double récompense » [ Rapporté par Abu Daoud et Nasay ]

Or s’il trouve l’eau et peut l’utiliser après avoir commencer la prière et avant de l’achever son état de pureté relatif au tayammum sera annulé, et il doit se purifier de nouveau avec l’eau comme l’indique le hadith de Abu Dharr déjà mentionné.

Quant à celui qui se purifie de son état d’impureté majeur par le tayammum et celle qui se purifie de sa menstruation également par ce moyen, en s’appuyant sur l’une des causes qui ont permis de le faire, et ils ont prié, ils ne doivent pas refaire la prière mais ils doivent faire la lotion en présence d’eau, lorsqu’ils peuvent l’utiliser.

Comme l’indique le hadith de Imran qui a dit : « Le Messager de Dieua dirigé la prière des gens. Une fois la prière terminée, il a vu un homme isolé qui n’a pas prié avec les gens, il lui a demandé : « Qu’est-ce qui t’a empêché de prier avec les gens ? » Il lui a répondu « Je suis en état d’impureté majeur et je ne trouve pas l’eau » Le Prophète lui a dit : « Fais le tayammum en te servant de la terre propre, elle te suffit.» Puis Imran a ajouté : « Lorsqu’on a trouvé l’eau, les Messager de Dieu (sur Lui la bénédiction et la paix de Dieu) a donné à cet homme qui était en état d’impureté, un récipient plein d’eau et lui a dit : « Va et verse la sur toi. » [ Rapporté par Bukhary ]

 

L’effleurement des attelles ( bandages )

La légalité de l’effleurement des attelles et des bandages

La preuve de l’effleurement de l’attelle et des bandages qui servent à protéger l’organe blessé est donné par plusieurs hadiths rapportés portant sur ce sujet mais ils sont tous faibles, malgré cela, ses chaînes de transmission renforcent l'une l’autre ce qui rend ces hadiths dignes d’être preuve sur la légalité de cette affaire, parmi ces hadiths ; il y a celui de Jabir, vu précédemment :

« Nous étions en voyage lorsque la tête de l’un de nous a été blessé par une pierre, il a vu un rêve érotique, il a interrogé ses compagnons : « Pensez-vous que je puisse profiter du tayammum ? » ils lui ont répondu négativement puisqu’il pouvait user de l’eau. Alors l’homme s’est lotionné et à la suite de ça, il est décédé. Quand nous sommes retournés auprès du Messager de Dieu (sur Lui la bénédiction et la paix de Dieu) nous lui avons raconté ce qui s’était passé, alors il a dit : « Ils l’ont tué ! Que Dieu les tue ! Ne peuvent-ils pas demander consultation s’ils ne savent pas ? Le remède de l’ignorance est la question. Il était suffisant pour lui de faire le tayammum, d’appliquer un bandage autour de sa blessure et de l’effleurer puis laver son corps. » [ Rapporté par Abu Daoud, Ibn Maja, Darqtuny. Ibn Sakan l’a authentifié. Ibn Omar a authentifié le fait que ce hadith porte sur la permission d’effleurer les bandages ].

Le statut de l’effleurement

L’effleurement de l’attelle et des bandages est obligatoire dans les ablutions et la lotion au lieu de laver le membre malade ou l’effleurer.

Quand doit-on les effleurer

Si celui qui a une blessure ou un membre cassé, veut faire ses ablutions ou se lotionner, il doit laver tous ses membres, même s’il doit chauffer l’eau. Mais s’il craint que le lavage de l’organe malade provoque une maladie, aggrave la douleur ou retarde la guérison il est obligé d’effleurer cet organe malade avec l’eau et s’il craint que l'effleurement lui provoque du mal, il est obligé de protéger la blessure par un bandage ou appliquer une attelle sur la fracture de façon que la bande ne protège que l’organe malade ou la place exigée par le noeud, ensuite il doit l'effleurer tout entier une seule fois.

Enfin il n’est pas nécessaire que l’attelle et le bandage soient mis après être purifié. Ce fait n’est pas limité à un temps précis, on peut l’effleurer toujours dans les ablutions et la lotion, tant que l’excuse est établie.

Ce qui annule le statut de l’effleurement

Le statut de l’effleurement de l’attelle est annulé par son enlèvement de sa place, ou après la guérison de la blessure même si elle n’est pas enlevée.

 

La prière de celui qui ne possède pas d’eau et qui ne peut pas faire Tayammum

Lorsqu’il est totalement privé d’eau et de terre, il peut priver dans cet état et il ne doit pas la refaire après.

Comme l’indique le hadith de Muslim rapporté par Aïcha qui a dit qu’elle a emprunté le collier d’Asma et l’a perdu, alors le Messager de Dieu (sur Lui la bénédiction et la paix de Dieu) a envoyé des gens de ses compagnons le chercher. Lorsque l’heure de la prière arriva, ils prièrent sans faire leurs ablutions. Une fois retourner chez le Prophète, ils lui racontèrent ce qui s’est passé. Alors Dieu a révélé le verset du tayammum. Et Usayd bin Hudayr a dit à Aïcha : « Que Dieu t’accorde du bien, par Dieu ! Chaque fois que tu es tombée en difficulté, Dieu te ménage une issue et en fait une faveur pour les musulmans. »

Voilà donc, ces compagnons ont prié au moment où ils étaient privés d’un purificateur, et ils ont raconté cela au Prophète (sur Lui la bénédiction et la paix de Dieu) qui n’a pas refusé leur acte et ne leur a pas ordonné de refaire leur prière.

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre