Le 8 du mois de Dhoul Hijja le pèlerin sacralisé se rend à Mina en portant avec lui son viatique. C’est le jour de tarwiya, c’est à dire le jour de la provision d'eau pour la route.

     Au matin du 9ème jour du mois de Dhoul Hijja,  le pèlerin se rend sur le territoire de ‘Arafate, Il prie le Dohr, suivit du ‘Asr, et consacre ce jour en prières, implorations et invocations adressées à Allah .

 

L’envoyé d'Allah a dit :

« La meilleure prière en ce jour de ‘Arafate, et la meilleure parole prononcée par moi et par les prophètes qui m’ont précédé est : « Pas de divinité si ce n’est Allah, l’Unique sans associé, Il détient la Royauté, à Lui revient toute louange et Il est tout Puissant sur toute chose »  

Cette station à ‘Arafat est une base essentielle de validité du pèlerinage.

     En cette journée le pèlerin prie par les paroles de son choix, en demandant à Allah les faveurs terrestres et célestes et sollicitant Ses grâces pour sa vie et sa religion, pour lui, ses proches, et tous les croyantes et croyants.

      Il est dit du Prophète :

« Jamais autant en ce jour de Arafat Allah ne sauve de créatures de l’enfer. Il se rapproche de Ses serviteurs et vante leurs mérites auprès de Ses Anges, Il dit : Mes serviteurs sont venus à moi échevelés, de chaque défilé profond, ils espèrent Mon paradis. En vérité si leur péchés étaient aussi profonds que les grains de sable, que les gouttes de pluie ou que l’écume de la mer,  Je leur pardonnerais… Refluez Mes serviteurs, Je vous ai pardonnés, ainsi qu’à ceux pour qui vous avez intercédé. »

     

Après le coucher du soleil, tous les pèlerins refluent vers Mouzdalifa, dans le calme et la sérénité. A Mouzdalifa, ils prient le Maghreb, suivi du Icha, puis vont ramasser plusieurs dizaines de petits cailloux de la taille d’un pois chiche, qui leur serviront pour la lapidation à Mina.

     Après la prière du Fajr, le pèlerin se tient au lieu dit « mach’ar el haram », oratoire sacré de Mouzdalifa, où il s’adresse à Allah en invocations et louanges. Ensuite, avant le lever du soleil, il se remet en route pour Mina.

 C’est le jour de la fête du sacrifice : ‘Aid el Adh'ha. En ce jour le pèlerin arrive à Mina, lapide la plus grande stèle appelée « Jamarate el ‘Aqaba » à l’aide de 7 cailloux qu’il lance l’un après l’autre en disant : « Allahou Akbar ».

     Après cette première lapidation, le pèlerin qui doit une offrande se préoccupe du sacrifice de sa bête. Le sacrifice peut se faire dans les trois jours suivants, que l’on appelle les jours de Tachriq. Ensuite le pèlerin se rase la tête où se raccourcit simplement les cheveux. Tout cela accompli, il a procédé à ce que l’on appelle la petite désacralisation, tous les interdits rituels propres à l’état de sacralisation sont levés, sauf les relations sexuelles entre époux.

 

Ensuite, le pèlerin se rend de Mina à la Mecque où il termine son pèlerinage par le Tawaf Ifada ( obligatoire). Si le pèlerin suit le mode tamatou’, il effectue le Sa’i ( entre safa et marwa). Il a ainsi procédé à la désacralisation totale, les derniers interdits rituels sont levés.

     C’est pour le pèlerin un jour de fête et de joie, car il se rappelle la parole du Messager d'Allah :

« Quiconque accomplit le pèlerinage et s’abstient de toute obscénité et libertinage, sort de ses péchés pur comme le jour de sa naissance » [ Rapporté par Boukhari et Mouslim ]

 

     Le pèlerin durant chaque jour de Tachriq lapide les 3 stèles de Mina, d'abord la plus petite, puis la médiane et enfin la plus grande, celle de Aqaba. Sur chacune il jette 7 cailloux en disant : Allahou Akbar ( Allah est le plus Grand ) … entre deux stèles il fait face à la Quibla et récite quelques invocations.

Ainsi il répète les gestes effectués par Ibrahim (Abraham) le bien aimé d'Allah lorsqu’il lapida le diable qui tentait de le dissuader d’obéir aux ordres divins. Le croyant exprime de la même manière sa ferme volonté de combattre ses vils penchants et de repousser les tentations perverses qui l’éloignent d'Allah et viendraient altérer sa pureté retrouvée.  

Allah dit :

{ Mentionnez Allah au cours de ces jours précis et rien ne sera reproché à celui qui se hâte en deux jours ou qu’il s’attarde, du moment qu’il craigne Allah }

Ainsi après le deuxième ou troisième jour de Tachriq, le pèlerin a entièrement accompli tous les rites du pèlerinage.

      

     Quand le Hajj a terminé ses préparatifs de départ, il lui faut encore prendre congé de la Ka’aba.  Il effectue un dernier Tawaf, le Tawaf d’adieu que l’on appelle « Tawaf el Wada’a ». Ceci conformément à la parole du Messager d'Allah qui exhortait qu’aucun ne s’en aille  avant une rencontre ultime avec la maison sacrée.

Il disait :

« Que le tawaf soit le couronnement de ce que vous faites avant de quitter la Mecque. » [ Rapporté par Mouslim ]

 { Dis: Nous croyons en Allah, à ce qu'on a fait descendre sur nous, à ce qu'on a fait descendre sur Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob et les Tribus, et à ce qui a été apporté à Moïse, à Jésus et aux prophètes, de la part de leur Seigneur: nous ne faisons aucune différence entre eux; et c'est à Lui que nous sommes Soumis.}  [ Sourate 3 - Verset 84 ]

 

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre