Louange à Allah

Il y a une divergence au sein des ulémas à propos de la question de savoir si la goutte administrée aux yeux du jeûneur met fin à son jeûne ou pas.  Cheikh Ibn Taymiyya et Cheikh Ibn Outhaymine ont préféré l’avis selon lequel elle ne met pas fin au jeûne.

Cheikh Ibn Outhaymine à dit :

« Cheikh ibn Taymiyya soutient que le cohol ne remet pas le jeûne en cause, même si la saveur en arrive à la gorge (du jeûneur). Il dit que cela ne s’appelle pas manger ou boire et ne leur est pas assimilable parce qu’il n’en entraîne les même effets ».

En outre, il n’a été rapporté aucun hadith authentique et clair qui indique que l’usage du cohol interrompt le jeûne. Or le statut originel veut que rien ne soit rompu et que l’acte culturel reste valable jusqu’à ce qu'il soit prouvé qu’il ne l'est plus. Son avis est juste, même si l'intéréssé en sentait la saveur à la gorge.

Sur la base de l’avis de Cheikh Ibn Taymiyya si l’utilisateur de la goutte en sentait la saveur à la gorge, son jeûne ne serait pas rompu ».

Ach-charh al-mumti, 6/382.

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre