Suite de la conférence ...

Troisième étape de cette conférence: répondre à certains doutes

Premier doute

Puisque il est autorisé au musulman d’écouter les chants des oiseaux, ça veut dire qu’il est licite d’écouter les instruments de musique.

 Regardez quelle comparaison ils ont fait ! Soubhan allâh !

 Le Prophète a dit qu’il y a des choses clairement licites et des choses clairement illicites. Et il y a aussi des choses qui mettent la personne dans le doute, beaucoup de gens ne savent pas est-ce que c’est licite ou pas, ils restent égarés sur ces questions là.

 Sur quoi se sont basés ces gens pour dire que si le chant des oiseaux est licite alors l’instrument aussi ?
Ils disent qu'il y a une règle en Islam qui dit que
toute chose à l’origine est licite sauf si un texte vient l’interdire, parce que Allâh dit dans le Coran que tout a été crée dans l’Univers à notre service, ce qui veut dire que tout ce qui est dans l’Univers est halal pour l’être humain excepté ce que les textes ont déclaré illicite.

 Ils disent alors que puisqu’il n’y a pas de textes authentiques disant que cela est illicite, cela est licite.

Mais il existe des textes authentiques qui disent que les instruments de musique sont interdits.

Donc, ce premier doute s’envole car il s’oppose à des textes authentiques.

 

Deuxième doute :

 Un savant contemporain qui est décédé, , a dit après avoir parlé du hadith qui est dans al-boukharî: "Peut-être qu'el-boukharî, quand il a rapporté ce texte (« il viendra des gens de ma communauté qui vont déclarer licites la fornication, le port de la soie pour les hommes, la consommation du vin et les instruments de musique »), il voulait dire que c’est quand ces quatre choses sont réunies ensembles que les instruments de musique deviennent illicites".

 Ca veut dire que si tu as devant toi une chanteuse qui joue de la guitare, avec une bouteille de champagne sur la table et tu portes un costume en soie, et avec cette personne tu commets l’adultère, là, les instruments deviennent illicites !!! Mais s’il n’y a que la guitare toute seule, alors non, ce n’est pas haram… !!! Soubhan allâh… !

Sincèrement, est-ce que il y a quelqu’un parmi vous qui peut accepter ça, parce que je suis prêt à discuter avec lui, maintenant !

 Le hadith dit : l’alcool et la fornication et le port de la soie pour les hommes et les instruments de musique. Dites moi quelle est la règle, la logique qui a permis d’arriver à la conclusion de ce savant ???

 Si les instruments de musique ne sont haram que quand les quatre sont réunis, ça veut dire que le vin est halal quand il est tout seul !!!Ca veut dire que la fornication est halal quand elle est toute seule !!! Pourquoi ? Parce que il faut les quatre !

Alors, ils ont dit, "non, ce n’est pas ça mais les trois autres interdictions ont été confirmées dans d’autres textes dans le Qur’an et dans les hadith". Mais les ulamas, les savants ont répondu que même les instruments de musique sont interdits dans les autres textes. Donc, pourquoi faire la différence ?

 

Troisième doute :

Ils ont dit que beaucoup de Savants sunnites ont autorisé la musique et il y a même un contemporain qui a écrit un livre dont le titre est : « La parole juste et objective à propos des instruments de musique » où il conclut qu’il est totalement halal d’utiliser les instruments de musique.

Dans l’introduction il écrit : "comment dites-vous que c’est haram d’écouter la musique alors que beaucoup de Savant de ahl al sounnah écoutaient de la musique" et il cite des noms de savants et à chaque fois il donne leur biographie pour montrer que ce sont de grands Imams qui écoutaient de la musique."

Un de ceux qui ont accusé les gens de ahl al sounnah d’écouter de la musique était un chiite qui a vécu au temps de ibnu taymmiyya. Ibn Taymiyya a écrit un livre qui est une des meilleures références en Islam qui s’appelle « minhaj as-sunnah an-nabawya » et il a répondu à cet homme :

 « Ceci est un pur mensonge sur les quatre Imams car ces quatre Imams sont tous unanimes sur le fait que les instruments de musique sont interdits, qu’ils sont des moyens de distraction comme le luth (une sorte de guitare utilisée dans les pays arabes). »

Ils ont dit que les médinois du temps de l’Imam malik , écoutaient la musique.

Ishaq ibn Issa qui est un transmetteur de hadith honnête a dit : « J’ai demandé à l’Imam Malik ce qu’il pense des gens de Médine qui écoutent des chansons, est-ce que cela est vrai ? » Il a répondu : « Ceux qui font cela chez nous à Médine sont des pervers », ( fusâq).

L’Imam Shafé’i , élève de Malik , dit : « J’ai laissé derrière moi des gens en Iraq qui utilisaient un instrument de musique et ce sont des hypocrites. » L’instrument était un genre d’oreiller en cuir sur lequel ils tapaient avec des baguettes.

 On a demandé à un cheikh de al-boukharî qui s’appelle Ibrahim ibn-ul-Moudhir : « est-ce que chez vous vous écoutez la musique ? Il dit : « Seuls les pervers font cela ! » Soubhan allâh ! Il répète la même parole que l’Imam Malik alors qu’il ne l’a pas vu ! Et cette parole est authentique.

 Sa’id ibn ul-Musayib, , un des plus grands savant de la génération des tabi’ine à Médine dit : « Je déteste les chansons »  Al Imam ash-shâbî , un autre savant de l’Iraq dit : « L’argent que rapporte la chanteuse je ne peux pas le prendre ».

Si le fait de chanter était halal est-ce que cet argent serait illicite ?  On a dit que Hassan al-baçri a autorisé les instruments de musique alors qu’il a dit : « Le tambourin s’il est utilisé en dehors de certaines règles (que je citerai à la fin) ne fait partie en rien de la tradition des musulmans.

 Les amis de Abdallâh ibnu Mas’oud quand ils voyaient des enfants avec des tambourins dans les rues de Médine ou bien en Iraq, ils allaient leur prendre les tambourins et ils les cassaient sans rien payer pour autant, parce que islamiquement, quand on casse un objet qui est illicite, on ne le paye pas.

 Ils ont dit que certains Sahaba écoutaient les chansons !!! On rapporte de Abdullâh ibnu Jafar, qu’un jour ibnu Omar a écouté une chanteuse accompagnée du luth.

Le cheikh al-albani dit que cela n’est pas vrai et que la version qui a cité cela dit : "le tambourin" (ad-duf), et non pas le luth et que les compagnons du Prophète tels que Abdullâh ibnu Omar, ibnu Mas’oud, ibnu Abbas et d'autres  sont tous d’accord sur l’interdiction de ces instruments de musique. Ibnu Omar disait : « ça c’est la flûte de Shaytan, l’instrument de Shaytan », quand il voyait un simple instrument de musique. 

Ils ont aussi rapporté comme shoubuhat/doute sur un grand savant du hadith, al minha ibnu Amr , que l’on a entendu de la musique chez lui. Un grand savant musulman qui s’appelle Shourba dit : « J’ai été un jour à la maison de minha ibnu amr et arrivé près de sa maison, j’ai entendu de la musique chez lui alors j’ai fait demi tour. »

 Ils ont conclu que puisque un grand savant du hadith écoutait de la musique alors c’est licite. Mais est-ce que c’est parce que un seul savant écoute la musique qu’on peut conclure que c’est halal ?  Si un savant fait des péchés, ça veut dire que ces péchés sont halal ?  

Soubhan allâh! On n’a jamais entendu une parole disant que si un savant dit une chose alors, c’est halal. Cela n’existe pas en Islam. La pratique d’un savant n’est pas une religion.

En plus de cela, celui qui a dit qu’il avait entendu de la musique chez ce grand savant du hadith, il n’a pas le droit de le juger. Qu’est-ce qui lui dit que le savant était là à la maison ? Comment il sait qu’il était là ? Il est possible que ce soient des enfants qui aient mis cette musique dans sa maison. Il y a tellement de possibilités d’explications que l’on ne peut pas juger d’après ce texte qui l’a autorisée.

 Rien dans ce texte ne dit que ce grand savant autorise la musique ! Ca ne peut pas être une preuve.

 

Quatrième doute:

Ils disent qu’il y a des hadiths qui autorisent les instruments :

 Ici deux hadith du prophète , le premier c’est le hadith de Aicha et le deuxième celui de Abdallâh ibnu Omar.

1- Le hadith de Aicha :

Un jour Aicha était assise chez elle et il y avait avec elle deux jeunes filles de son âge et le Prophète était dans la maison, il était allongé et il a couvert son visage. Les deux jeunes filles jouaient avec le tambourin (qu’utilisent les femmes dans le mariage).
Tout à coup, Abou Bakr
est entré dans la maison du Prophète et il voit le Prophète allongé avec le visage couvert et deux jeunes filles qui chantent avec un tambourin.
Il dit :
« Vous utilisez un instrument de Shaytan dans la maison du Prophète ? » Alors le Prophète a découvert son visage et dit à Abou Bakr : « ô Abou bakr ! Laisse les chanter et continuer car chaque peuple a des fêtes et pour nous c’est notre jour de fête. »

Ils en ont conclu que puisque le Prophète a autorisé à ces jeunes filles de chanter avec le tambourin, ça veut dire que les instruments de musique sont halal.

Soubhan allâh !!! Le hadith qu’est-ce qu’il dit : les tambourins ou bien les instruments de musique ?  Et rappelez-vous la règle originelle dans le hadith de al-boukharî. Qu’est ce qui y est interdit ? Un instrument ou bien tous ? Donc l'exception ici dans le hadith c’est pour quel instrument ?  C'est pour le tambourin.

A partir de ce hadith, on ne peut jamais dire que les instruments de musique sont licites.
 

 D’ailleurs, le Prophète n’a pas dit à Abou Bakr que ce n’est pas l’instrument de Shaytan, qu’il ne faut pas dire cela. Pourquoi Abou Bakr a-t-il eu cette réaction de se mettre en colère en voyant que l’on joue avec un instrument de shaytan chez le Prophète, alors que le Prophète lui dit que c’est permis d’utiliser le tambourin pendant la fête de l'aid ?

Abou bakr a réagi de cette manière parce que dans la société des Sahabas ce n’était pas habituel de jouer même avec le tambourin et c’est pour cette raison que le Prophète lui a répondu que c’était une exception pour al-‘aïd, pour le mariage. Utiliser le tambourin est une exception.

 

2- Le hadith de Ibn Omar :

Ibn Omar était un jour avec son esclave affranchi qui s’appelle Nafi’ et ils marchaient ensemble. Soudain, ibn Omar entend au loin un berger qui joue de la flûte.

 

Ibn Omar était sur son âne et a essayé de s’écarter au maximum du chemin en mettant les deux doigts sur ses oreilles pour ne pas entendre et à chaque fois, après quelques pas, Ibn Omar dit à Nafi’ qui n’a pas mis les doigts dans les oreilles : « ô Nafi’, est-ce que tu entends encore ? » Nafi’ lui répond que oui et ibn Omar garde ses doigts dans ses oreilles.Après quelques pas il renouvelle sa question et reçoit la même réponse jusqu’à ce que Nafi’ ait dit : « Je ne l’entends plus ».

Alors ibn Omar s’est remis sur son chemin et a retiré les doigts de ses oreilles et il a dit à Nafi’ : " Ce que je viens de faire, j’ai vu le Prophète faire la même chose : un jour le Prophète était avec moi et il y avait un berger qui jouait de la flûte et le Prophète a mis les doigts dans les oreilles jusqu’à ce que l’on se soit éloigné de ce son de la flûte et alors le Prophète a retiré ses doigts de ses oreilles."

Qu’est-ce qu’ils ont dit comme shubuha, comme doute ? Ils ont dit qu’il y avait là une preuve comme quoi écouter la flûte est permis. Soubhan Allâh al-‘adhîm ! Ils ont dit : Pourquoi ibn Omar n’a pas dit à Nafi’ de mettre les doigts dans les oreilles car si c’était illicite il lui aurait demandé de le faire?

Les savants ont répondu à cela : le terme arabe employé dans ce hadith « sami’a » veut dire entendre et non pas istama’a qui veut dire écouter. Le Prophète marchait dans les chemins de Médine ou ailleurs, s’il entendait quelqu’un jouer de la flûte, est-ce que c’était de sa faute ?
 
Je vous donne un autre exemple plus clair : vous allez dans centre commercial pour aller faire des courses, ils mettent de la musique dedans donc si on suit la logique de ce shubuha
c’est illicite pour vous d’y aller. Mais ce n’est pas vous qui avez mis de la musique, vous n’y allez pas pour écouter de la musique mais pour faire des courses ! C’est la musique qui vient à toi et non pas toi qui va vers la musique.

Le Prophète n’a pas été cherché le berger pour qu’il joue ! Il a mis ses doigts dans les oreilles mais ce n’est pas une obligation car c’est la musique qui vient vers lui et c’est pour cela que ibn Omar avec le Prophète ne l’a pas fait et que Nafi’ avec ibn Omar ne l’a pas fait.

 Donc à partir de ces deux hadiths, ils ont dit que les instruments de musique sont autorisés.

 

Je vais maintenant citer quelques méfaits de la musique.

 

 

1) Ca coupe la plupart des liens entre toi et Allâh . Quelqu’un qui a l’habitude d’écouter la musique, il aime la musique, il se met sur son lit à la maison, il ouvre un petit peu la fenêtre et il commence à planer, imaginer, et même ça peut lui arriver de pleurer, ma sha’a allâh !!!

Lorsqu’il se lève pour faire la prière dans quel état il sera après une heure de musique, comment il va se concentrer avec le Qur’an al Karim ? Quelle saveur tu goûteras de la parole d’Allâh ?

 Celui qui passe trois heures dans sa voiture à écouter de la musique ... comment il est dans sa pratique ?

Il ne peut pas s’asseoir faire les invocations, il ne peut pas rester quelques minutes après la prière, faire comme le faisait le Prophète , il ne peut pas prendre un mushaf (coran) après la prière aller dans un coin pour apprendre quelques versets. Il ne peut pas le faire.

 Il n’a pas la force à l’intérieur de le faire parce que le cœur est rempli avec la musique, avec les chanteurs. Il n’y a presque pas de place pour la parole d’Allâh , le cœur est rempli avec la musique et les chansons.
 

Quelqu’un qui n’écoute pas la musique, quand tu le vois dans la rue, parfois tu le vois réciter le Coran, en marchant, soubhan Allâh, il invoque Allâh , dans n’importe quelle situation, il se rappelle Allâh soubhanahu wa ta’ala.

 Et l’autre, de quoi il se rappelle ? Qu’est-ce qu’il retient comme sagesse ? Celle de Jacques Brel  ?????

 Soubhan Allâh ! Ce sont deux mondes différents. Qu’est-ce qu’a le premier comme bagages et qu’est-ce que le deuxième a comme bagages ?

Et on les voit des fois dans des émissions à la télé, dans des débats, ils apportent des fois quelques musulmans, tu vois comment ils parlent : « ouais moi j’sais pas, ils disent que c’est l’Islam comme ça, j’sais pas hein, en tous cas moi c’est ma manière de voir les choses hein… »

Rien dans la tête !!! Rien… Les chansons il en a je ne sais pas combien, et là rien dans la tête…

Franchement, qu’est-ce que ça vous apprend, qu’est-ce que ça vous apporte « Di di » !!! Le passeport pour entrer au Paradis ?  Le Jour du Jugement quand tu seras devant Allâh tu chantera « Di di » ???

C’est deux mondes différents mes frères et sœurs, soubhan Allâh !

 

2) La musique te met un vide dans le cœur, c'est-à-dire que tu n’as pas envie d’écouter la parole d’Allâh , c’est lourd pour toi. Même écouter un « dars », un cours, c’est lourd.  Si tu lui demandes combien il écoute le Coran, il n’a pas besoin de te répondre, tu connais la réponse d’avance. Si tu lui demandes combien de fois tu prends le mushaf pour lire ? C’est lourd, il y a un vide dans le cœur et ce vide, il va être rempli par Shaytan.

 Beaucoup de musulmans qui écoutent la musique ont du mal à se réveiller pour la prière du « fajr ».

 Il y a une parole dans le livre « Le licite et l’illicite » qui dit : " Il n’y a pas de mal à ce que la chanson soit accompagnée de musique. On la recommande même dans les occasions heureuses pour propager la joie et reposer les âmes comme lors d’un jour de fête."

Le Prophète dans ses hadiths dit que c’est un grand péché ces instruments de musique car Allâh va transformer ceux qui les écoutent qui les rendent licites en porcs et en singes. Et les Savants disent que c’est illicite.

Là je reviens sur le premier principe, est-ce que l’on prend la parole d’un Savant quand elle s’oppose à un texte du Prophète ?

 Moi je vous demande une seule chose : apportez une seule parole du Prophète ou d’un Compagnon qui dit que la musique apaise les cœurs et repose les âmes.

Où se trouve la preuve de cela ? Dans quel hadith, dans quel chapitre, dans quel livre ? Aucun. Ca veut dire que quand moi je déclare que la musique apaise les cœurs, est-ce que c’est un avis à moi ou bien c’est la parole de l’Islam.

Soyons sincères et objectifs. Lisez ce livre. Comment il n’y a aucun texte qui autorise les instruments de musique excepté le tambourin et tu dis qu’il n’y a pas de mal que les chants soient accompagnés d’instruments de musique.

 Où as-tu trouvé cette autorisation et cette recommandation ? Elle ne se trouve nulle part.

 

3) Ibn ul-Qayyim dit que la chanson c’est un médiateur entre toi et la fornication.

Quand tu es en train d’écouter une musique douce avec des paroles qui parlent d’amour, de la vie privée et ça va beaucoup plus loin jusqu’au sexe. Franchement un jeune homme et une jeune fille qui écoutent de la musique « slow », ils vont rester sages ?

Ils disent que si la musique est calme alors c’est halal. Soubhan allâh ! C’est une fitna pire que le hard rock !!!

La musique enseigne aux musulmans des gestes qui ne sont pas dignes de musulmans. Tu vois le garçon, tu le vois soubhan Allâh en train de danser comme un serpent. Tu te demandes s’il n’a pas été électrocuté !!!!

 

4) La musique met dans le cœur du musulman et de la musulmane de l’amour pour les pervers. Ca incite à aimer les pervers.

On a demandé à des enfants musulmans dans des pays musulmans qui était leur modèle, qui ils préfèrent suivre. Tu t'attends à ce qu’ils disent : « le prophète - er- raçoul »

Un il te dit le nom d’un chanteur, l’autre le nom d’un acteur ... Et toi, tu es attaché à ses paroles et forcément à sa personne. Il prend plusieurs années de ta vie soubhan allâh !

 

Je termine avec deux points :

La musique, les chansons accompagnées d’instruments, font perdre de l’argent au musulman. Soubhan allâh, il y a des pauvres parmi les musulmans qui n’ont rien à manger mon frère. Aide-les au lieu d’aller acheter un cd.

La dernière chose c’est que des chansons incitent à la violence et peut-être que vous avez entendu parler de ce que l’on appelle « les messages cachés » dans la musique. Sur les cd ou les cassettes, tu entends des chansons normales mais si tu fais passer la k7 à l’envers, tu l’écoutes dans l’autre sens sur des appareils spéciaux, ça te donne des paroles très graves, très dangereuses.

 Il y a beaucoup de choses à dire sur les inconvénients de la musique mais par manque de temps, je vais terminer avec « al-ghina », c’est le chant qui n’est pas accompagné d’instruments de musique.

 S’il s’agit de dire des belles paroles, licites, et bien, c’est permis, du moment que les paroles ne s’opposent pas à la moralité de l’islam et qu’il n’y a pas d’instruments de musique autour, que les paroles incitent au bien, il n’y a aucun mal.

Il y a des hadiths authentiques qui montrent que les sahabas faisaient cela devant le Prophète . Par exemple durant un voyage. Mais il ne faut pas trop élever la voix car si elle est plaisante et que des femmes entendent alors cela peut provoquer chez elles une tentation.

De plus il ne faut pas imiter les chanteurs qui disent n’importe quoi et il ne faut pas exagérer à passer trop de temps à le faire. Ce n’est pas parce que ce n’est pas interdit que tu peux passer ta journée à chanter.

Si le Prophète a interdit aux musulmans et musulmanes d’exagérer même dans ibadat (adorations), et il a dit que celui qui s’écarte de ma sounnah n’est pas des miens, alors que dire pour quelqu’un qui exagère à chanter ?

Il faut donc respecter les limites posées pour ne pas tomber dans l’exagération.

 

Soubhanaka llâhoumma wa bihamdika, ash hadou anlâ ilâha illâ ant, astaghfirouka wa atoubou ilayka.
(Invocation à la fin du rappel)

 

 La musique, instrument du Diable ?  - Par le conférencier Abou Abdilah Adil
-  Rappel retranscrit par l'équipe Sajidine à la demande de nos frères et soeurs malentendants

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre