Allah dit dans la Sourate Al-Anbiyâ', après l'histoire d’Ayoub :

 

 

" Et Ismaël, Idris, et Dhal-Kifl ! qui étaient tous endurants; que Nous fîmes entrer en Notre miséricorde car ils étaient vraiment du nombre des gens de bien."
[ Sourate 21 - Versets 85/86 ]

 

II dit aussi dans la Sourate Sâd, après l'histoire d’Ayoub :

 

" Et rappelle-toi Abraham, Isaac et Jacob, Nos serviteurs puissants et clairvoyants. Nous avons fait d'eux l'objet d'une distinction particulière: le rappel de l'au-delà. Ils sont auprès de Nous, certes, parmi les meilleurs élus. Et rappelle-toi Ismaël et Elisée, et Dhal-Kifl, chacun d'eux parmi les meilleurs."
[ Sourate 38 - Versets 45/48 ]

 

II paraît évident, puisqu'il est cité dans le Coran parmi ces Prophètes, qu'il était aussi un Prophète. Qu'Allah envoie Sa paix sur eux tous. C'est l'opinion populaire.

Cependant, d'autres dirent qu'il n'était pas un Prophète. II n'était qu'un homme pieux et sage. Ibn Jarîr n'agrée pas cette opinion.

Ibn Jarîr et Abou Najih rapportèrent que Moujâhid dit : " II n'était pas un Prophète, mais un homme pieux qui s'est engagé à guider les siens vers la voie d'Allah, et juger entre eux avec justice, et ainsi il fut appelé Dhal-Kifl, celui qui s'engage volontairement."

 

Ibn Jarîr et Ibn Abi Hâtim rapportèrent que Moujâhid dit :

" Quand Elisée grandit, il dit : "Je souhaite désigner parmi les gens quelqu'un qui s'occupe d'eux dans ma vie, ainsi je pourrais regarder comment il accomplit son devoir." Alors, il convoqua des gens et leur dit: " Celui qui répond à mes trois conditions, je le désignerai comme mon député: Jeûner le jour, prier la nuit, et ne jamais se fâcher."

Un homme se leva et dit : « Je le fais.» Il dit : " Vas-tu jeûner le long du jour, prier toute la nuit, et ne pas te fâcher ?" Il répondit: "Oui."

Cependant, il ne décida pas ce jour-là.

Le deuxième jour, il répéta la même chose alors que tous les autres gardaient complètement le silence, à l'exception de cet homme qui ne cessait de dire encore: «Je le fais.» Ainsi Elisée le désigna comme son député.

Alors Iblis ordonna aux diables en leur disant : " Poursuivez cet homme". Cependant, ces diables ne purent pas le tromper ou le dévier de la justice. Alors Iblis leur dit : " Laissez-le moi ".

Puis il se rendit chez lui sous l'apparence d'un vieil homme pauvre, et il choisit la période de la sieste pour le visiter. Il ne dormait ni le jour ni la nuit à l'exception du moment de la sieste. Alors Iblis tapa à la porte et Dhal-Kifl dit : " Qui est à la porte ? " Iblis dit : " Un vieil homme pauvre!" Il se leva et lui ouvrit la porte, et Iblis commença à lui raconter une histoire, en disant : " Il y a une inimitié entre moi et les miens, et ils ont manifesté toutes les sortes d'injustice contre moi." Il prolongea son histoire jusqu'à ce que le temps de la sieste s’écoula et que l'après-midi approcha. L'homme dit : " Le soir je te rendrai tes droits."

Quand il alla à la cour et chercha ce vieil homme, il ne put pas le trouver. Le lendemain matin il l'attendit encore dans la cour de la justice, mais il ne put pas le trouver. Cependant, quand il fut le temps de la sieste, il alla à la maison pour dormir. L’homme apparut et tapa à la porte. Quand il dit : "Qui est à la porte ? " L'homme répondit: "Le vieil homme". Il lui ouvrit la porte et lui dit: "Ne t'ai-je pas dit que quand je m'assiérai dans la cour, tu viendrais ?" Le vieil homme répondit : " Les miens sont vraiment des mauvais gens. Quand ils surent que tu t'assiérais dans la cour, ils me dirent: Nous te donnerons ton droit, mais quand tu as quitté la cour, ils résistèrent encore à ne pas me rendre mon droit." Il dit : " Vas maintenant, et quand je serai dans la cour, reviens."

Ainsi il était aussi incapable de dormir ce jour-là. Il alla à la cour, et attendit le vieil homme, mais il ne put pas le voir. Il se sentit fatigué et épuisé, alors il dit à quelqu'un dans la maison: " Ne permets à personne d'approcher cette porte afin que je puisse dormir, parce que mes yeux sont lourds de sommeil."

Cependant, le vieil homme apparut de nouveau à son temps habituel. Celui qui gardait la porte lui dit :
" Retourne, retourne chez toi ". Le vieil homme dit : "J'étais chez lui hier, et je lui ai cité mon besoin", mais l'homme à la porte répondit qu'il lui a été commandé de ne laisser personne s'approcher de la porte.

Quand il se sentit déçu, il grimpa le mur et descendit à l'intérieur de la maison. Ensuite, il tapa à l'intérieur de la porte, et l'homme se réveilla. Il dit au gardien : " O gardien! Ne t'ai-je pas dit de ne permettre à personne d'entrer ? " L'homme répondit: " II n'est pas entré de mon côté. Interroge-le d'où est-ce qu'il est entré ? ''

L’homme se leva et examina la porte et la trouva fermée. Le vieil homme était à l'intérieur, ainsi il sut qui il était. Il lui demanda : " Es-tu l’ennemi d'Allah ?" Le vieil homme répondit : " Oui, tu m'as fait échouer dans chaque matière, ainsi j'ai fait ce que j'ai fait pour t'énerver."

Ainsi Allah  l'a appelé Dhal-Kifl, parce qu'il accomplissait toute responsabilité qu'il prenait en charge.

 

Abou Mousa Al-Ach'ari dit pendant qu'il était sur le Minbar : " Dhal-Kifl n'était pas un Prophète, mais un homme pieux qui faisait cent prières chaque jour. Ensuite, il s'engagea volontairement à ne pas manquer cent prières par jour, pour cette raison il fut appelé Dhal-Kifl."

 

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre