Le sujet que j’ai choisi aujourd’hui concerne un des principes de l’éducation de la foi, un des principes qui encouragent le croyant et qui lui donnent de l’espoir dans cette vie. Et ce, malgré toutes ses tentations, malgré toutes les difficultés.

Ce sujet est celui de l’épreuve du croyant. C’est ce que l’on appelle « al ibtila » dont le Coran a parlé à plusieurs reprises. Allâh  en parle plus de trente-sept fois dans le Coran. 

 Dans la Sourate al-mulk, Allâh dit :

 «Béni soit celui dans la main de qui est la royauté, et Il est Omnipotent. Celui qui a créé la mort et la vie afin de vous éprouver (et de savoir) qui de vous est le meilleur en œuvre, et c'est Lui le Puissant, le Pardonneur.
[ sourate 67 - Versets 1-2 ] 
 

Donc Allâh nous a créé pour être éprouvés, testés, c’est un examen que l’on passe au long de cette vie.

Il a créé la mort et la vie, et entre les deux un intervalle de temps que chacun de nous doit passer sur cette terre et durant lequel il doit être éprouvé par Allâh , par le bien et par le mal.

En effet, l’homme est tenté par le mal et par le bien.

Et Allâh , dès le début de la création de l’être humain, a éprouvé notre père Adam dans le Paradis. Allâh lui a interdit de toucher à un arbre pour voir si Adam qui est fait de cette âme qui pousse l’être humain vers le péché allait Lui obéir ou bien obéir à Shaytan.

Donc, cette lutte entre le bien et le mal a commencé dès les premiers jours de la création de l’être humain, dès que le premier être humain, qui est Adam , sur lui la paix, , a commis le péché de toucher à l’arbre interdit par Son créateur, ce qui a eu pour conséquence son expulsion du paradis.

A travers l’histoire de l’humanité, on peut voir que tous les prophètes ont subi des épreuves que personne d’autre n’aurait pu surmonter. Ainsi, toutes les communautés qui ont prétendu être des communautés croyantes et chaque individu qui se dit croyant, musulman, seront éprouvés par Allâh .  

 

« Est-ce que les gens pensent qu'on les laissera dire: "Nous croyons !" sans les éprouver? »
[ sourate 29 - Verset 2 ]
 

On ne peut prétendre avoir la foi sans être éprouvé par Allâh . Toutes les communautés avant celle de Muhammad ont subi des épreuves qui sont citées dans le Coran et les textes du Prophète

. Et à travers ces exemples, dès les premiers jours de l’islam, le Prophète a voulu éduquer ses compagnons. Il a voulu montrer à ses compagnons hommes et femmes que le seul moyen d’avoir la réussite, de gagner la puissance sur terre et de régner en tant que croyants, adorateurs d’Allâh, c’est de passer par des épreuves, car la vie est faite d’épreuves. On passe d’une épreuve à une autre jusqu’à la rencontre d’Allâh

Khabbab Ibn Al Aratt a dit :

« Nous nous plaignîmes un jour auprès du Messager de Dieu alors qu’il était allongé à l’ombre de la Ka’ba,
la tête appuyée sur son manteau. Nous dîmes : « Que n’appelles-tu pour nous le secours de Dieu ?
Que ne pries-tu pour nous ? ».
 

Alors le prophète pour leur donner une leçon et en donner à chacun d’entre nous, à travers ses compagnons, répondit que la victoire se mérite. Voir l’islam fort et régnant sur terre ce n’est pas une imagination, ce n’est pas un souhait vide mais c’est un travail continu, un sacrifice, des épreuves et il dit aussi :

« Parmi ceux qui vivaient avant vous, on prenait l’un d’eux, on lui creusait un trou et on l’y mettait. On apportait ensuite une scie qu’on lui plaçait sur la tête qu’on sciait ainsi en deux morceaux. Ou bien on passait sur sa tête un peigne de fer jusqu’à lui arracher ce qu’il y avait au dessous de sa chair et de ses os. Ce n’arrivait pourtant pas à lui renier sa foi. Par Dieu, Dieu accomplira cette chose (l’Islam) jusqu’à ce que le voyageur aille sur sa monture de San’a à Hadramawt  (deux villes du Yemen) ne craignant que Dieu ou le loup pour ses troupeaux ».
 

Dans ce récit, le prophète voulait leur dire comme à chacun d’entre nous qu’il y a des épreuves à passer et la victoire, le règne de l’islam est une promesse d’Allâh.

Allâh a promis à Son prophète que l’islam atteindra les quatre coins du monde. Mais, pour arriver à cette victoire, il faut traverser et réussir toute une série d’épreuves.

Alors les compagnons du prophète ont subi toutes sortes de tortures psychologiques, spirituelles, physiques. Et ce, dès les premiers jours après qu’il ait rendu public son message auprès des mécréants de la Mecque.

Ils ont étés expulsés deux fois vers l’Abyssinie et vers Médine avec le prophète. Certains ont étés tués comme Yasser et Soumayya.

Allâh appelle chacun de nous à se préparer à des épreuves. Il y a des tentations partout (au niveau de l’argent, des passions, par le mal, par le bien) et des pressions de tous les côtés pour combattre ta foi. Le musulman qui n’est pas capable de traverser ces épreuves est voué à l’échec. Il ou elle ne pourra pas dire je suis mou’mine ou je suis mou’mina (croyant - croyante).

Quelqu’un qui n’a pas été éprouvé par Allâh ne peut prétendre à al-imane, c’est-à-dire à avoir la foi. Car la foi se mérite par un travail, par l’épreuve, par la sincérité envers Allâh .

 

Chaque musulman peut dire, je suis mou’mine, je suis croyant, j’ai une foi qui est très forte. Mais le jour où il sera face à une épreuve ou une tentation, à ce moment-là, tu verras qu’il est très faible, beaucoup plus faible que ce qu’il croit en général. Mais cela ne concerne pas ceux qui ont cette sincérité vis-à-vis d’Allâh , et c’est très rare, car ils possèdent la confiance en Allâh. Alors Allâh nous parle de l’ibtila’ dans le Coran.

Mais cela ne veut pas dire que le musulman doit subir des épreuves de sa naissance jusqu’à sa mort, qu’il ne verra jamais des jours de joie et de réussite, c’est une erreur que de croire cela.

Plus le musulman a la foi et plus il sera éprouvé par Allâh . Plus la foi augmente et plus l’épreuve devient difficile. C’est une équation. Le prophète , quand on lui a demandé qui étaient les personnes les plus éprouvées par Allâh , a répondu : " les prophètes". Ils sont les plus éprouvés car ce sont eux qui ont le plus de foi. 

Lorsque l’épreuve survient dans la vie de quelqu’un dont la foi est forte, cette personne sera éprouvée d’une façon très forte correspondant à sa foi. Alors que dans le cas de celui dont la foi est faible, la moindre petite épreuve le fera changer « carrément » car il n’a pas cette patience, cette endurance. Devant une simple insulte, une simple erreur de son frère, il n’est pas capable de patienter.

Les savants disent que l’épreuve peut se faire à différents niveaux et les ont limités à quatre.

Tu peux ainsi être éprouvé à travers : ta personne, tes biens, ton honneur et ta famille.  Alors si le musulman ne prépare pas sa foi, sa confiance en Allâh , par ses adorations, par la recherche du savoir, le jour où il aurait un simple problème, il se pourrait même qu’il arrête de prier. 

S’il arrivait qu’une personne n’ait pas son chèque à la date prévue, peut-être qu’à ce moment là son cœur se mettrait à battre à 140 battements/min  à cause de la panique.

 Et pourquoi ?  Parce que sa foi est faible. Il ne sait pas que son « rizq », il est écrit par Allâh avant qu’il ne soit mis au monde. Alors à quoi cela sert-il pour quelques jours de retard, de s’énerver et de faire ressentir cette nervosité à sa femme, ses enfants et les gens ? 

Ceci dit, il ne faut pas que le croyant demande à Allâh de lui donner une épreuve. Ce serait une erreur que de faire une chose pareille. Il ne faut jamais souhaiter d’être éprouvé par Allâh .

Au contraire, demandez toujours à Allâh de vous éviter les épreuves car il se pourrait que tu la rates.

Mais si l’épreuve vient par la volonté d’Allâh  alors à ce moment là tu Lui demandes de te donner la patience et l’endurance (aç-çabr) nécessaires. Et certains savants disent même qu’il ne faut pas demander à Allâh de te donner la patience car quand tu demandes aç-çabr, tu demandes ainsi indirectement l’épreuve. Alors, le musulman demande toujours d’être préservé de l’épreuve et lorsqu’elle vient alors il demande l’aide à Allâh

Ibn al-qayyim a écrit un livre : « La sagesse de l’épreuve » dans lequel il explique pourquoi Allâh nous éprouve, en voici quelques sagesses. 

  •    Première sagesse : Allâh nous a créé pour qu’on L’adore.

Et, comme le dit le Prophète, paix sur lui, l’invocation d’Allâh c’est l’adoration.

Alors le musulman qui est éprouvé par Allâh , il doit s’adresser directement à Allâh pour passer cette épreuve, il pleure, il s’incline, il se prosterne devant son Créateur, il demande à Allâh au cœur de la nuit . 

 Mais malheureusement, le musulman frappe à toutes les portes lorsqu’il a une épreuve, celle du médecin, celle de l’avocat, celle du syndicat…et il oublie la porte d’Allâh .

On ne donne pas ce qu’il faut pour avoir l’aide d’Allâh  et le minimum c’est de s’incliner devant la grandeur d’Allâh , reconnaître notre faiblesse. Il suffit d’une simple maladie pour que je reste dans mon lit des jours, des mois, ou peut-être même pour causer ma mort. Nous, dans une société où le matérialisme exerce une pression très forte sur le croyant, quel refuge doit-on chercher ? Nous n’avons pas de refuge en dehors d’Allâh .

Mais on l’oublie, on cherche toutes les solutions de « duniâ », on les connaît toutes d’ailleurs de même que tous les moyens pour gagner sa vie dans duniâ, mais Allâh on l’oublie. On dit « ash-hadou anlâ ilâha illâ llâh wa ash-hadou anna Muhammadoune raçoulullâh » mais on oublie Allâh .

On dit: " moi, je crois en tant que mou’mine aux six piliers de la foi, au destin tant dans le bien que dans le mal", mais quand justement il y a un mal, là, on oublie le « qadr » (le destin), on oublie Allâh , on Le met de côté.

 A ce moment-là, on change, on devient énervé contre tout le monde, le frère qui va tout le temps à la mosquée, on ne  l’y voit plus et celui qui ne vient jamais, c’est quand il a un problème qu’on l’y voit. Le frère, on le voit à la mosquée, actif avec les frères, il assiste aux cours et quand il est éprouvé par le bien et que les portes de dunia lui sont ouvertes, c’est fini, on ne le voit plus.

C’est cela, la tentation. Allâh lui a donné quelques francs en plus et il a oublié les frères, la mosquée, sa religion…Pourquoi ? Parce qu’il a été tenté et qu’il n’a pas su réussir cette épreuve. 

Ainsi, le musulman doit toujours avoir à l’esprit que chaque bien de même que  chaque mal qui surgit, se fait par la volonté d’Allâh.  Il doit également avoir de la patience et demander de l’aide à Allâh .

C’est Lui qui te donne tout ce qu’Il veut et qui te reprend tout ce qu’Il veut et c’est Lui qui est Le seul, L’unique capable de t’aider. Alors, avant de demander à l’être humain, demande à Allâh Demander à Allâh ne veut pas dire ne pas demander à un être humain de t’aider. Mais avant tout, tu dois t’adresser à ton Créateur. Nous, on Le laisse de côté alors que c’est Lui qui est capable de tout et on va chercher de l’aide auprès de tout le monde quand on est éprouvé par Allâh.

Alors où est la foi ? La foi doit avoir des effets dans le quotidien de chacun de nous. La foi doit avoir des signes apparents sur le croyant. La foi ce n’est pas que des paroles. Quand il y a une épreuve, on voit la foi, on voit celui qui peut réussir cette épreuve et celui qui la rate. Le Prophète a donné l’exemple à son compagnon Khabbab Ibn Al Aratt des peuples avant eux qui ont été torturés pour qu’ils abandonnent la foi et qui ont patienté.

Que voulait-il  leur dire par là ?

Il voulait nous dire d’être capable de faire de même, d’avoir cette endurance car la victoire viendra, c’est une promesse d’Allâh . Mais encore faut-il la mériter par l’endurance, le travail, l’adoration d’Allâh et  la sincérité (al-ikhlas) avec Allâh.

 C’est ce qu’a voulu nous apprendre le prophète . Donc, l’une des sagesses de l’épreuve, c’est de faire s’incliner le musulman devant la grandeur d’Allâh , c’est de lui faire comprendre qu’il a un seul refuge, à savoir son Créateur.

 

  • Deuxième sagesse : Elever les degrés du musulman au paradis. 

Le paradis possède plusieurs degrés, plusieurs niveaux et comme le dit le Prophète , entre deux niveaux il y a la distance qu’il y a entre les cieux et la terre. Donc le musulman qui aura réussi ses épreuves dans ce monde sera au paradis avec ceux qui y auront le plus de degrés comme les prophètes, les messagers, les véridiques, les martyrs et les pieux (as-salihines). 

 

  • Troisième sagesse : Augmenter la foi.

Tout le monde est éprouvé par Dieu. Il suffit de regarder ce qui se passe dans les sociétés actuelles : suicides, adultère, relation parents/enfants difficiles… Mais la différence avec le non-croyant, c’est que le musulman a un refuge qui est Le Créateur. Alors Dieu lorsqu’Il éprouve un musulman, c’est pour accroître sa foi.

Pourquoi ? Si l’un de nous a un problème un jour, financier par exemple et il sait qu’il n’a pas d’aide, de nulle part, pas de refuge, alors il se lève la nuit pour prier avec sincérité. Allâh va lui donner ce qu’il demande. Et quelles conséquences cela aura-t-il sur la foi ? Cela va la faire augmenter et si le même problème se présentait à nouveau, il serait plus calme car il saurait que Allâh répond lorsqu’on Lui demande. 

Un savant raconte l’histoire suivante : un jeune a eu une maladie grave (cancer ou sida) et il est parti à La Mecque pendant le mois de ramadhan et il a fait le i’tikaf, la retraite pieuse. Il faisait des invocations, buvait de l’eau de zam-zam, priait le jour et la nuit et Allâh lui a donné la guérison.

C’est une histoire vécue, de notre temps. Il faut insister dans nos invocations, il ne faut pas abandonner si l’on n’a pas de réponse au bout de 24 heures. Notre problème réside dans le fait que l’on perd confiance en Allâh. Alors, si Allâh nous éprouve, c’est pour augmenter notre foi et notre confiance en Lui. 

 

  •   Quatrième sagesse : Débarrasser le croyant de ses péchés.

Combien de péchés commet-on ?

Dans la rue, à l’école, au travail, devant la TV, en paroles, par les regards … des dizaines, des centaines, des milliers de péchés par jour, Allâhu alam, Dieu seul sait. On a donc besoin d’effacer nos péchés. Allâh , par Sa clémence, compte le péché comme un seul mauvais point et si tu Lui demandes pardon, Il te pardonne.

Et si tu fait une bonne action, alors Il te donne dix hassanat ou plus. Alors quand Allâh t’éprouve, c’est pour t’aider à te débarrasser de tes mauvais points.

Le Prophète  nous dit que le croyant est éprouvé tout au long de sa vie (pas en permanence mais de temps en temps) jusqu’à son dernier souffle s’il a encore des péchés afin qu’il quitte ce monde comme sa mère l’a fait naître, sans aucun péchés.

 

  •    Cinquième sagesse : Former la personnalité du musulman, une personnalité équilibrée.

Car celui qui a une personnalité déséquilibrée, lorsqu’il est dans la joie, dans la richesse, le calme, on voit très souvent qu’il est  " masha Allâh" , mais le jour où surgit un problème, on voit un autre visage. Cela prouve qu’il y a deux personnalités chez cette personne, une quand il a des épreuves en bien et une quand il a des épreuves en mal. Alors l’épreuve permet au musulman d’avoir une personnalité équilibrée dans la tristesse et la joie, le bien et le mal. Plus le musulman aura une foi forte et plus il restera calme et aura confiance en son Créateur .

 

  • Sixième sagesse : L’épreuve sert à distinguer le bon croyant du mauvais, le croyant de l’hypocrite.

A Médine, le Prophète était entouré de plusieurs communautés (les polythéistes, les juifs, les musulmans…) dont les hypocrites qui ont étés dévoilés par une épreuve, la voici:

 Le Prophète se dirigeait vers al Quds pendant la prière au début et il  voulait se diriger vers al kaaba. Alors 16 ou 17 mois (il y a deux versions) après, Allâh lui a ordonné de se retourner vers al Kaaba et de la prendre pour Qibla (direction). A ce moment-là les hypocrites ont montré leur vrai visage et ont dit que le Prophète se moquait des gens.

Ainsi grâce à cette épreuve, les sahabas ont découvert la réalité de ces hypocrites. Et à travers les épreuves subies par la communauté musulmane à Médine, les hypocrites furent dévoilés. 

 

  • Septième sagesse : Par l’épreuve, Allâh guide celui qui fait les péchés.

A titre d’exemple, il y avait un musulman qui ne faisait pas la prière et pendant des années, on lui faisait des rappels mais sans succès.

Un jour, ce frère eut un grand problème, il fut éprouvé par Allâh et il a essayé de prier. Il commenca, pour voir, pour faire un test.

Il demanda à Allâh et Allâh lui donna ce qu’il voulait.

Soit le frère en question était malade et Allâh  lui a donné la guérison ou bien il fut éprouvé par autre chose…

Par cette épreuve, Allâh l’a guidé vers le droit chemin. 

L’épreuve peut donc être un moyen pour guider certaines personnes vers le droit chemin.

Un homme est allé voir Ibn ul Qayyim   et lui a dit :

« A chaque fois que je suis sur le droit chemin, j’ai beaucoup de problèmes
et chaque fois que je commets des péchés, je suis tranquille. »
 

Soubhan allâh ! Shaytan te fait aimer « jahiliya », il te fait aimer le péché. Ainsi il te fait croire que lorsque tu es dans le péché, tu es tranquille, tu es bien et que lorsque tu es sur la voie d’Allâh, tu es mal. Alors Ibn ul Qayyim   lui répondit :

« Toi, tu as frappé à la porte de Allâh en tant que quelqu’un de sincère, un bon croyant, fort, avec « el imane ».
Alors Allâh il t’a testé.Lorsque tu es venu chez Lui , est-ce que tu étais sincère ou bien tu étais un menteur ?
Il te donne des épreuves, des problèmes et si tu insistes et que tu restes sur Sa voie
alors Il te donnera ce que tu demandes. Et si tu échoues alors cela aura montré ton manque de sincérité.»
 

Le musulman doit comprendre le sens de l’épreuve et savoir avant tout qu’Allâh lui veut du bien. Même si tu as des péchés, Allâh va te les effacer par l’épreuve, mais il faut lui demander à Lui avant tout. 

Comme je l’ai dit au début, l’épreuve peut se faire à quatre niveaux.

 Elle peut toucher le physique de l’individu.

L’exemple qu’à rapporté le Saint Coran dans la Sourate « al anbiya », verset 83, c’est celui du prophète Job, Ayyoub . Il  a été touché par une maladie pendant dix-huit ans, une maladie qui a provoqué une cassure dans toute sa famille, tous ses amis l’ont laissé, il est resté tout seul pendant toutes ces années avec sa femme et deux amis qui lui rendaient visite de temps en temps. Sa femme a été la seule à avoir cette endurance pour plaire à Allâh et rester à côté de lui pendant dix-huit ans.   Ayyoub   faisait l’invocation suivante :

« … Le mal m'a touché. Mais Toi, tu es le plus miséricordieux des miséricordieux ! »  
[ Sourate 21 - Verset 83 ]
 

 Alors, Allâh après dix-huit ans, lui a donné tout ce qu’il  voulait et lui a redonné sa bonne santé, ses biens, sa famille, ses amis… parce qu' il a eu la patience, et qu’il a remercié Allâh dans les moments difficiles.

Le prophète Abraham, Ibrahim   a été jeté dans le feu et a été éprouvé à travers son père qui était polythéiste.

Noé, Nouh   a été éprouvé pendant sa vie, 950 années.

 

Nous, on n’a pas de « sabr », on n’a pas de patience. Qui a de la patience avec son épouse, son époux, ses enfants ? 

Moïse, Mousâ , combien d’épreuves a-t-il subi avec son peuple « bani isra’îl » ? Des épreuves incroyables, mais il  avait confiance en son Créateur , alors Allâh l’a aidé. 

Muhammad   dans la bataille de Hunain, après la conquête de la Mecque, a eu un grand butin et a donné à certains nouveaux convertis, pour leur faire aimer l’islam, cent chameaux chacun. Les chefs de tribus étaient contents et ça c’était la sagesse du Prophète. Il y a des gens qui comprennent par un mot, d’autres seulement après des années, d’autres par l’argent, alors le Prophète  a essayé par tous les moyens de faire aimer l’islam de ces gens. Un homme parmi les gens a dit que le Prophète  était injuste parce qu’il a donné à certains cent chameaux et pas à d’autres et qu’il n’a pas fait ça dans le but de plaire à Allâh. Quand on a rapporté cela au Prophète, il s’est mis un peu en colère et a dit :

« Qu’Allâh accorde Sa miséricorde à Moïse - Mousâ, combien d’épreuves n’a-t-il pas subi
et il a su se montrer endurant et patient. ».

Elle peut toucher l’honneur.

C’est l’une des épreuves les plus difficiles et les plus graves aussi qui puisse toucher le musulman à travers sa femme, sa fille, sa sœur… 

Le Prophète Muhammad a été éprouvé même dans sa famille et dans son honneur et cela a été une des plus difficiles épreuves qu’il eut à passer.

Elle eut lieu à la sixième année de l’hégire en revenant d’une bataille. Il avait dans ses habitudes de prendre avec lui l’une de ses épouses et c’était le tour de Aicha .

Sur le chemin du retour vers Médine, ils se sont arrêtés pour quelques temps, Aisha est partie pour faire ses besoins et elle a perdu le collier de sa sœur Asma. Elle est restée afin de le chercher sans que le Prophète et ses compagnons se soient aperçus de son absence et ils partirent sans elle.

Alors lorsque Aisha revint, et qu’elle ne trouva personne, elle s’installa à la place de la caravane en espérant que quelqu’un revienne la chercher. Il y avait un Compagnon, Safwan ibn al-Mu'attal  , qui était en retard derrière la caravane car c’était quelqu’un qui aimait dormir. Lorsqu’il arriva sur place, il trouva Aisha seule et endormie. Il dit alors : « inna lillâh wa inna ilayhi raji'une » et il prit son chameau pour le mettre à la disposition de Aisha sans lui adresser un mot. Elle monta dessus et lui marcha devant le chameau jusqu'aux environs de Médine. 

Quand ils arrivèrent, les hypocrites accusèrent Aisha d’avoir commis l’adultère.

Aisha rentra chez elle mais le prophète changea son comportement vis-à-vis d’elle et elle eut beaucoup de mal à supporter ce qui se passait dans la communauté. Le prophète n’avait pas de preuves de son innocence et attendait la Révélation mais Aisha ne savait pas ce qu’il se passait.

Il a cependant subi cette épreuve avec patience et confiance en son Créateur. Il était certain qu’Allâh allait dévoiler la vérité et Il a révélé dans la Sourate « an-nour » (La lumière) l’innocence de Aisha . 

Pendant la bataille d’Ouhoud, 70 compagnons se sont faits tués dont Hamza . Lors de cette bataille, certains ont dit que le prophète était mort. Une fois la bataille terminée et tout le monde revenu à Médine, une femme est venue et a rencontré certains compagnons dont un qui lui annoncé la mort de son époux, de son père et de son frère, et à chaque fois elle a dit que ce n’était pas grave. Mais elle a réclamé de voir le Prophète  pour être sûre qu’il  n’était pas blessé et elle ne s’est calmée que lorsqu’elle l’a vu. 

Quelle épreuve ! Trois personnes de sa famille tuées le même jour et elle ne se soucie que de l’état du prophète.  

Dans un hadith authentique, le Prophète  dit que si un croyant est privé de sa vue et qu’il patiente, il aura en échange le Paradis. 

Le prophète Salomon - Souleyman a été éprouvé par le bien. Allâh a mis à son service les démons et le vent. Les savants disent que l’épreuve par le bien est beaucoup plus forte que l’épreuve par le mal. Car la personne qui a tout ce qu’ elle veut est « emportée » par les biens, par la vie et cela devient très dur de se rappeler Allâh, de Le remercier. La vie présente devient un souci permanent et il n’a plus de temps pour les « ibadat ».C’est pour cela que Souleyman  disait : 

« Cela est de la grâce de mon Seigneur, pour m'éprouver si je suis reconnaissant ou si je suis ingrat.
Quiconque est reconnaissant. C'est dans son propre intérêt qu'il le fait, et quiconque est ingrat...
alors mon Seigneur Se suffit à Lui- même et est Généreux. »  
[ Sourate 27 - Verset 40 ]
 

Pour conclure, le conseil que je donnerai à mes frères et sœurs comme à moi-même, c’est de prendre le sujet de «l’épreuve » au sérieux, car c’est la voie des prophètes. Faites un effort et vous verrez qu’Allâh est avec le croyant, Il aide le croyant.

Par Allâh , si on était sincère dans les actes d’adoration, Allâh nous ouvrirait toutes les portes de Ses bienfaits. Ne serait-ce que deux ra’kat au coeur de la nuit et tu sentirais le goût de la foi. La foi a un goût meilleur que le miel. Mais qui la goûte ? Soyez sincères avec Allâh et évitez le haram car l’invocation n’est pas exaucée si on mange le haram. Donc, l’épreuve, il faut la prendre avec la foi et ne pas se demander pourquoi c’est toujours soi qui a des problèmes et pourquoi un tel ou une telle n’en n’a pas.

Si tu as des problèmes c’est pour une des deux raisons, soit tu es un très mauvais musulman, loin de l’islam et Allâh lui donne des punitions pour le ramener sur le droit chemin, soit tu es un musulman croyant, mou’mine et il doit être certain qu’Allâh lui veut du bien. 

 

On demande à Allâh de nous donner la force et la foi convenable pour le remercier de Ses bienfaits. 

 

 Conférence du frère Abû Abdillâh Adil
(Audio retranscrit par l'équipe sajidine à la demande de nos frères et soeurs malentendants )

                                                                                                                                                

 

Cliquez ici pour revenir à l'accueil

Cliquez ici pour fermer la fenêtre